Pourquoi les gens intelligents prennent-ils aussi des décisions stupides ?

Pourquoi les gens intelligents prennent-ils aussi des décisions stupides ?
Pourquoi les gens intelligents prennent-ils aussi des décisions stupides ? - © asiseeit - Getty Images

Durant l'émission Tendances Première, Cédric Wautier a interviewé le psychologue Yves-Alexandre Thalmann, auteur de l'ouvrage "Pourquoi les gens intelligents prennent-ils aussi des décisions stupides ?". Tout le monde peut citer des personnes intelligentes ayant commis des actes dits "stupides". Par exemple, pourquoi utilise-t-on son téléphone au volant alors que l'on sait pertinemment que c'est interdit et dangereux ? Pourquoi l’intelligence n’immunise-t-elle pas contre les décisions bêtes ou insensées ? 

La notion de stupidité a peu été étudiée par rapport à l'intelligence. Est-ce semblable à certains synonymes tels que la bêtise ? Lorsque l'on commet une bêtise, on n'a pas forcément conscience de son geste. Pourtant, lorsque l'on fait un acte stupide, c'est en toute connaissance de cause. Par exemple, si on utilise son téléphone en conduisant, on sait que c'est interdit mais on le fait quand même. Pourquoi se lance-t-on dans une action qui ne bénéficie à personne ? L'acte stupide peut être lié au frisson, à la sensation de transgression et à l'impulsivité.

La première réponse concrète concerne le sentiment d'immunité. Le psychologue prend l'exemple récent du Président Donald Trump qui a regardé l'éclipse solaire du 21 août sans lunettes de protection. Malgré les nombreux messages de prévention, le Président commet l'acte stupide. Celui qui agit a l'impression d'être au-dessus des règles, a un sentiment illusoire d'immunité. C'est ce que l'on appelle le biais cognitif. 

D'autres facteurs peuvent entrer en compte comme être en état d'ébriété ou d'excitation sexuelle. Des études ont prouvé que l'humain agit différemment en fonction de son niveau d'excitation. Cela peut conduire à commettre des actes "stupides". Des catalyseurs tels que l'effet de groupe sont également possible. Chez les jeunes principalement, le désœuvrement et l'exaltation peuvent conduire à amplifier la possibilité d'acte stupide. 

Le paradoxe du QI et le sentiment d'impunité

Le sous-titre de l'ouvrage de Yves-Alexandre Thalmann se nomme "Paradoxe du QI". Le docteur en sciences naturelles explique en effet que le quotient intellectuel est surtout à mettre en corrélation avec le milieu et la réussite scolaires. Il a d'ailleurs été créé dans un objectif d'orientation scolaire. Le concept a ensuite été élargi pour évaluer le degré d'intelligence d'une personne. Pourtant, la réussite dans la vie n'est pas liée au QI. Dans la vie, les décisions ne sont pas préétablies et ne sont pas liées à de bonnes ou mauvaises conséquences uniquement. Il n'y a pas qu'une bonne façon de faire. L'intelligence algorithmique (l'utilisation du langage, le calcul ...) est à différencier de l'intelligence intentionnelle.

Pour expliquer ces actes stupides faits en toute connaissance de cause, l'auteur évoque également le sentiment d'impunité. Les personnes ont tellement expérimenté ces actes en ne subissant aucune conséquence qu'ils se sentent libres d'agir impunément. Ils pensent qu'il n'y aura pas de sanction de toute manière.

Comment limiter la prise de ces décisions ? Il faut lutter contre l'illusion que l'on est différent et immunisé. Par exemple, dans la gestion de son temps, on pense souvent avoir le temps de faire de nombreuses tâches dans sa journée. Au final, on ne fait même pas la moitié. Si quelqu'un d'autre pose son regard sur l'emploi du temps, il aura conscience de l'impossibilité de la tâche. Il faut s'ouvrir à quelqu'un d'autre pour se prémunir de ces actes. D'autres clés de réponse sont à découvrir dans la chronique ci-dessous et dans l'ouvrage "Pourquoi les gens intelligents prennent-ils aussi des décisions stupides ?". 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK