Pourquoi les ados recommencent à utiliser les messages vocaux

Un signe ne trompe pas : Instagram, le réseau social des 16-24 ans vient de lancer l'option messages vocaux dans sa messagerie. Parce que les messages vocaux dont nous parlons ici, ne sont pas ceux que l'on laisse sur le bon vieux répondeur téléphonique. Nous parlons bien de ceux qui s'envoient via les applications de messagerie.
Sur Messenger (qui appartient à Facebook), les messages vocaux sont le deuxième type de fichier le plus eéchangé après les photos.
Sur Viber, les message vocaux ont augmenté de 50 % en 2018. On peut désormais y laisser des messages sonores de 15 minutes. Ce qui montre aussi que ces messages vocaux ne remplacent pas le sms,mais peuvent avoir des contenus beaucoup plus longs.

Ce sont, donc, surtout les jeunes qui utilisent les messages vocaux. Ils sont plus simples, plus rapides, ils correspondent mieux aux rythmes de vie des adolescents qui sont plus en mouvement, notamment dans les transports où ils bougent mais ont les mains libres.

Il reste néanmoins un défi majeur : celui de la retranscription de ces messages vocaux. C'est l'autre versant de la reconnaissance vocale. Comment retranscrire la voix en caractères d'écriture, et ainsi coller aux usages des adultes ? Raison pour laquelle plusieurs applications de messagerie se sont fixé l'objectif de développer la retranscription. Passer de la voix à l'écrit.

Ce retour du message vocal fait partie d'un grand virage qui s'opère : le retour du son. Il est notamment lié aux systèmes de reconnaissance vocale qu'on retrouve dans les enceintes connectées. Là, c'est un peu le trajet inverse : retranscrire une voix en caractères pour pouvoir introduire une requête dans un moteur de recherche. D'ici 2020, la moitié des recherches en ligne pourraient bien se faire par la voix et non plus par l'écriture.

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK