Pourquoi j'ai quitté Vinted

Pas toujours simple de revendre en seconde main !
Pas toujours simple de revendre en seconde main ! - © Pixabay

Chrystelle Charlier, notre www.imparfaites.be, nous explique, avec une bonne dose d'humour et d'auto-dérision, pourquoi elle a quitté l’appli Vinted.

Séduite par la pub qui tourne en boucle et devant la montagne de vêtements qu'elle ne porte plus, Chrystelle Charlier a décidé de se lancer et de les vendre sur Vinted. Deux mois et demi, et un bilan plus que mitigé plus tard, elle a mis son dressing hors ligne et tout clôturé chez Vinted. Pourquoi ?

Vinted, c'est vendre tout pour rien et surtout en se prenant la tête

Il y avait pourtant sur ce site des tas de choses merveilleuses à acheter. Mais en tant que vendeuse, elle a été sidérée de voir à quel point les gens veulent tout pour rien. Le marchandage est la norme ! Du coup, c'est beaucoup plus compliqué de vendre quelque chose sur Vinted que dans les brocantes ou autres vide dressings.

Sur Vinted, les gens sont armés de la redoutable possibilité d'émettre des évaluations négatives, ce qui les incite à la menace, au moindre petit défaut de la pièce vendue.

La règle dit que l'envoi du vêtement doit se faire dans les 5 jours, mais en réalité les gens sont hyper pressés et vous harcèlent sans cesse.

Il y a aussi ceux qui demandent des photos supplémentaires, ceux qui veulent des photos des vêtements portés, alors qu'on ne rentre plus dedans...

Certaines des questions posées valent de l'or, c'est pourquoi certains ont créé sur instagram le fabuleux compte Les casse-couilles de Vinted, où ils postent des captures d'écran des messages les plus fous échangés au quotidien sur Vinted, certains très drôles, d'autres plus agressifs.


Tout ça pour ça ?

Le grand défaut de Vinted est qu'il est chronophage. "On devient une sorte de centrale à messages et on passe ses journées à répondre à des questions du genre : mais c'est plutôt beige ou plutôt blanc cassé ? pour un t-shirt à 3 euros", explique Chrystelle Charlier.  

"On réalise que le temps perdu là-dedans vaut mille fois plus que les 78 euros gagnés à la sueur de son front en deux mois et demi, sans compter les efforts, les dépenses en super emballage pour ne pas risquer d'évaluation négative, et les déplacements aux multiples points relais."

La frustration générée par la perte de temps générale et par la comparaison entre le prix d'achat et le prix de revente excessivement bas est très lassante.

Chrystelle Charlier pense qu'il est préférable de se débarrasser de ses vêtements, soit en les donnant, soit en allant faire un vide-dressing pendant une bonne journée de temps en temps. On évitera ainsi des jours et des jours de petits tracas quotidiens.

Vinted, c'est donc très bien pour acheter en seconde main, c'est rapide, efficace, ça permet de faire revivre des vêtements. Mais en tant que vendeur, "Vinted va vous dégoûter de la nature humaine à tout jamais", affirme Chrystelle Charlier. Et voilà pourquoi elle a quitté Vinted.

 

Ecoutez ici les multiples exemples étonnants que nous donne Chrystelle Charlier !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK