Pourquoi Facebook rachète-il Whatsapp ?

Facebook a annoncé le rachat de Whatsapp pour un montant total de 14 milliards d’euros. C’est la plus grosse acquisition de toute son histoire et cela montre point à quel point ce rachat est considéré comme stratégique.

Mais d’abord : un mot sur Whatsapp. C’est une application pour mobile qui a été créé en 2009 par des anciens de Yahoo. Elle permet d’envoyer des messages aux autres abonnés : des textes bien sûr, mais aussi des photos, des vidéos, des messages vocaux enregistrés, son emplacement sur une carte ou encore ses coordonnées, l’équivalent de sa carte de visite sous forme numérique.

Ça n’a donc rien à voir et ça explique le déclin du texto. Avec ses 450 millions d’utilisateurs mensuels dont 70% quotidiens, Whatsapp approche, à lui tout seul, le volume total des SMS envoyés par les opérateurs téléphoniques classiques qui sont les grands perdants de cette évolution. Whatsapp est gratuit la première année d’utilisation. Ensuite, un montant pour l’instant très modique est prélevé annuellement.

C’est donc un marché porteur. C’est pour ça que Microsoft s’est offert Skype il y a trois ans pour 6 milliards d’euros. Et il y a quelque jours, Viber, une autre appli de messagerie mais qui permet aussi la communication vocale, a été rachetée par Rakuten, un groupe de distribution en ligne japonais. Cela dit, la Bourse n’a pas semblé apprécier l’opération annoncée hier soir par Facebook, sans doute effrayée par son montant.

Mais c’est aussi une manière pour Facebook de se positionner comme un acteur majeur du mobile. C’est primordial et ce n’était pas gagné ! Le réseau vient de célébrer ses 10 ans d’existence. Avant la grande percée de l’iPhone et des téléphones connectés. Cette mutation est indispensable pour garder les faveurs du public plus jeune, pour qui le net, c’est le mobile, et qui est très friand de ce genre de messageries. Le réseau a déjà un tel dispositif, mais il est estampillé Facebook, une marque moins cool pour les nouvelles générations. C’est pour ça que Mark Zuckerberg a essayé en vain de racheter Snapchat, une autre appli de messagerie très populaire chez les jeunes.

Comme Instagram, l’appli de partage de photos et de minividéos, elle aussi très implantée dans ce type de public, Whatsapp va garder sa marque et son équipe dirigeante. C’est la bonne stratégie pour ne pas faire fuir ceux qui trouvent Facebook ringard. Cela dit, les messageries mobiles intéressent de plus en plus toutes les générations.

Plus globalement, ça illustre aussi à quel point les géants du web et des nouvelles technos sont devenus puissants et se diversifient. Dernière rumeur en date : Apple s’intéresserait aux voitures électriques haut de gamme Tesla.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK