"Pour réussir son régime, il faut d'abord comprendre son métabolisme"

 « Pour réussir son régime, il faut d’abord comprendre son métabolisme. »
« Pour réussir son régime, il faut d’abord comprendre son métabolisme. » - © Tous droits réservés

Perdre, ou prendre du poids, ça ne se fait pas à la carte car chacun possède un métabolisme différent et surtout des réactions physiques et psychologiques distinctes.

Patrick Serog, médecin nutritionniste et auteur du livre "Créez vous-même votre régime" aux Editions Flammarion était l’invité de Tendances Première. Selon lui, pour faire un régime efficace, l’étape incontournable, et pourtant tant oubliée, est d’apprendre à faire connaissance avec soi-même, à découvrir la manière dont on fonctionne et de s’écouter.

Se concentrer sur son propre métabolisme

Pour Patrick Serog, le régime parfait ne se trouve certainement pas à travers les pages des magazines car nous avons tous des réactions différentes face à la nourriture et que ces régimes proposent une solution unique à tous les types de métabolisme. Or, selon nos envies et notre temps de réaction pour arriver à satiété, tout change d’une personne à l’autre. Il faut donc apprendre à se connaitre.

"Prendre une voix diététique nouvelle dépend du corps et de la façon dont il réagit, il y a une façon de s’alimenter propre à chacun" explique Patrick Serog. Selon lui, il existe une réelle peur de bien faire ou de mal faire pour les personnes qui souhaitent perdre du poids, mais la clé c’est d’abord d'apprendre à mieux gérer son propre métabolisme.

Effectivement, on parle beaucoup de la peur des aliments et de leurs origines, des processus de fabrication, ces questions sont devenues centrales lorsqu’il s’agit de parler d'alimentation ou de régime. On ne réfléchit malheureusement pas assez à la façon dont le corps parle: aux douleurs, aux contractions, aux bruits dans l’intestin. "Quand on arrive à comprendre les raisons pour lesquelles ce corps nous parle, quand on comprend pourquoi le corps nous donne ces sensations, on peut adapter son alimentation. Par exemple, le ventre qui gonfle c’est très gênant et très souvent c’est parce que la personne ne supporte pas les fibres or on nous dit souvent que ces fibres sont bonnes pour la santé et sont même recommandées dans le cadre d’un régime mais certaines personnes ne les supportent pas du tout et donc cela provoque une irritation du colon. "

Moins manger fait grossir

C’est là que réside le paradoxe majeur des régimes soulevé par Patrick Serog. Il souligne qu’en fait les personnes qui ont déjà fait plusieurs régimes, s’habituent à manger moins.

"Ces gens qui sont habitués à faire des régimes pour maigrir ne mangent pas assez et c’est la raison pour laquelle ils maintiennent une quantité de graisse dans leur corps, s’ils se nourrissaient plus, ils pourraient alors offrir les nutriments adéquats à leur corps pour renouveler ses cellules, le corps pourrait alors lâcher le gras dont il n’a plus plus besoin et qu’il conservait comme réserve énergétique."  Le corps se protège en fait en stockant des réserves où il ira par après puiser l’énergie que l’alimentation d’un régime ne lui donne pas. Comprendre ce mécanisme pour les personnes qui souhaitent perdre du poids est capital car il donne un tout autre regard sur la perte de poids.

L’injustice par rapport au poids : grossir est un défi tout aussi complexe

On parle souvent de la perte de pods comme d’un processus qui relève du parcours du combattant, or les personnes qui souhaitent grossir mènent elles aussi un combat très difficile et parfois bien plus difficile à réaliser selon Patrick Serog.

Il existe en effet selon lui des maigres institutionnels dont la souffrance est parfois bien plus importante que ceux qui souffrent de l’obésité. " Lorsqu’on est très très maigre on a l’impression que le corps reste à côté de la tête, le corps déambule et tête reste ailleurs ".

Pour prendre du poids, il faut donc beaucoup manger et très régulièrement, cela nécessite un énorme entretien physique et comme l’explique le nutritionniste, le résultat n’est jamais magnifique, et on obtient rarement l’image sur le long cours car cela nécessite une très grande rigueur. " Pour prendre du poids, il faut se forcer à manger, or on arrive très vite à l’écœurement mais on est obligé de continuer et d’aller à l’encontre de son métabolisme. C’est une souffrance qui n’est pas reconnue, on parle beaucoup de lutte contre l’obésité et les personnes maigres apparaissent favorisées, alors qu’elles souffrent tout autant. "

 

Pourquoi si peu de connaissance, pourquoi ce sentiment de culpabilité, comment adapter son alimentation ? Ecoutez la suite de l’émission Tendances Première pour entendre les conseils de Patrick Serog.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK