Pour qu'éduquer son enfant ne soit pas une lutte perpétuelle

Avec les enfants, tout est parfois une lutte : les mettre au bain, les faire manger, faire les devoirs... Éduquer ses enfants et maintenir de la joie dans le processus éducatif est souvent complexe.

Que voulons-nous vraiment, nous, parents ? Pour la thérapeute familiale Tania Lowy, cette question est un point de départ essentiel : elle nous impose de fixer un cadre qui nous permettra de clarifier nos pensées, de définir nos priorités, de faire le point sur ce qui est permis, toléré, accepté, interdit, obligatoire ou conseillé, et de (re)trouver du plaisir en tant que parents.

___________

Des objectifs précis

La première chose est donc de mettre en place les objectifs que l'on souhaite atteindre dans l'éducation de nos enfants, pour ainsi pouvoir placer un cadre précis. Le message à donner à l'enfant doit être clair. 

On établit ainsi des rituels, un programme, on met en place des choses pour que tout se passe au mieux pour chacun. On peut par exemple afficher le programme au mur et, pour les plus petits, prévoir des pictogrammes. Les enfants ont besoin de savoir quels sont les rituels.

 

Un besoin d'attention

Un des besoins primordiaux des enfants est de recevoir de l'attention, l'idéal étant bien sûr de recevoir de l'attention positive. Quand ils ne reçoivent aucune attention, ils vont mettre en place des comportements pour recevoir cette l'attention. Un enfant qui sait ce qu'on attend de lui aura tendance à faire ce qu'on attend de lui et en réponse, le parent devrait avoir tendance à le remarquer, par exemple en le félicitant. L'enfant entre ainsi dans un cercle vertueux. Et il est clair que notre propre comportement alimente le comportement des enfants. 

 

Des punitions cohérentes

C'est le changement de comportement qu'on vise, pas la punition : par exemple, confisquer le smartphone comme punition après un échec scolaire ne sert à rien. Il faut faire le lien avec l'objectif à atteindre et prendre le smartphone en amont, en expliquant à l'enfant que cette mesure vise à lui permettre d'étudier de façon plus concentrée.

Bien sûr, il ne faut pas s'attendre à ce que toutes nos demandes soient acceptées avec enthousiasme. Le problème est que beaucoup de parents n'acceptent pas que leurs enfants râlent quand ils leur imposent quelque chose. Et pourtant eux-mêmes n'acceptent pas toutes les corvées avec le sourire...

Il arrive que les deux parties dépassent les limites et explosent. Cela peut donner l'occasion de remettre les pendules à l'heure et de discuter de ce qu'on peut mettre en place pour que cela ne se passe plus comme ça.

 

Comment faire de nos enfants des personnes responsables ?

Etre responsable, c'est avoir la capacité de faire des choix et d'en subir les conséquences. Cela s'apprend : au plus petit les enfants se frottent aux conséquences de leurs actes, au plus ils vont grandir en connaissance de cause de ces conséquences et devenir des adolescents, puis des adultes responsables. Ce n'est pas en les punissant qu'ils deviennent responsables, ils deviendront peut-être simplement plus obéissants.

 

Comment gérer les repas ?

Il faut là à nouveau fixer un objectif. Si l'objectif est de passer un bon moment ensemble, est-ce que le moment du repas est bien choisi ? Faut-il vraiment faire tout le temps le repas en famille ? Ou ne vaut-il pas mieux faire parfois manger les enfants avant ?  Il est parfois illusoire de vouloir manger tous en famille avec des enfants d'âges différents. Passer un bon moment ensemble pourra se faire en dehors du repas.

 

L'écoute est essentielle

Parfois le parent doit se mettre un peu en retrait pour écouter tout simplement. Un enfant écouté se sent important, aimé, respecté, il se sent appartenir. Le parent doit s'empêcher de constamment intervenir, ce qui empêche l'enfant de s'exprimer, de réfléchir à haute voix. 

 

La thérapeute familiale Tania Lowy publie L'éducation vous appartient - Retrouver le plaisir d'être parent (Ed. Marque belge).

Ecoutez ici ses bons conseils agrémentés d'exemples concrets !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK