Pays-Bas, la menace des fleuves

Nos voisins du nord, aux Pays-Bas, sont en première ligne face aux changements climatiques, parce que l'essentiel de leur territoire se trouve soit au niveau de la mer, soit en dessous du niveau de la mer. Que mettent-ils en place pour s'en protéger ?

Les Pays-Bas, dont un tiers de la superficie se trouve au niveau de la mer ou en-dessous, ont fort à craindre de la montée des océans liée au changement climatique, dʹautant quʹils constatent également une montée du niveau de leurs eaux fluviales.

L'Université d'Utrecht prévoit qu'en raison du changement climatique, le niveau de la mer devrait monter de 1,3 m sur le littoral néerlandais d'ici 2050, à cause de la fonte des glaces polaires et de la dilatation des océans. Or, plus de la moitié de la population du pays est concentrée dans les zones les plus inondables.


La lutte contre la mer

Les Hollandais ont l'habitude de s'organiser contre les risques d'inondation. Le risque induit par le changement climatique réveille le spectre des inondations meurtrières qui ont frappé les Pays-Bas, avec au moins 5 ou 6 catastrophes par siècle, causant chaque fois des dizaines, des centaines, voire des dizaines de milliers de morts.

Traumatisés par le souvenir des inondations meurtrières du 31 janvier 1953, lorsque la mer du Nord a submergé la Zélande pour engloutir 5 % du pays et emporter plus de 1 800 victimes, les Pays-Bas ont entrepris entre 1957 et 1986 un 'Plan Delta 1', d'immenses travaux publics pour se protéger principalement des tempêtes venues du large, via des digues et le renforcement des dunes côtières.
 

Une menace venue de l'intérieur

Le changement climatique pose aujourd'hui d'autres questions. Ce sont maintenant les cours d'eau qui apparaissent comme le principal risque d'inondation. A cause de la pluie d'abord. Au cours du dernier siècle, le niveau total des précipitations a augmenté de 30% aux Pays-Bas, ce qui grossit le flot des rivières.

Par ailleurs, avec l'élévation du niveau de la mer, les grands cours d'eau (Rhin, Meuse, Escaut) qui traversent le sud de ce plat pays peinent à atteindre la côte. Or, beaucoup de digues que les Hollandais croient infaillibles le long des rivières ont une chance sur dix de céder dans les dix prochaines années. Si une digue fluviale lâche, l'inondation se prolongera au moins un mois, ce qui mettrait 2/3 du pays sous les flots. 

Les Hollandais ont donc lancé un grand 'Plan Delta 2' pour renforcer les digues fluviales. C'est un travail qui prendra de 30 à 40 ans. En certains endroits, les maisons ont aussi été reconstruites sur un niveau plus élevé.


Les Pays-Bas, gros pollueurs

Les Pays-Bas ont leur part de responsabilité dans le changement climatique : chaque Néerlandais émet près de 10 tonnes de gaz à effet de serre par an, une fois et demie de plus que la moyenne européenne. Pourquoi ? Parce que les deux piliers de leur économie sont les énergies fossiles - réserves de gaz, immense port pétrolier - et l'agriculture intensive. 

Mais la pollution liée à un secteur pétrochimique gigantesque et une agriculture très intensive a suscité une réaction citoyenne. En juin 2015, la justice néerlandaise a ordonné à l'Etat de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le pays d'au moins 25 % d'ici à 2020 par rapport au niveau de 1990.


Stan Fleerakkers, éleveur bovin, exploite une ferme avec sa famille sur un polder situé à une cinquantaine de kilomètres à lʹEst de Rotterdam, à la confluence d'un bras de la Meuse et de la Mer du Nord.

Écoutez son témoignage sur ce qu'il a mis en place pour se protéger des eaux,
dans le reportage signé Benjamin Bibas.

 

Découvrez d'autres histoires climatiques
sur le site Humans&ClimateChange Stories

_________________________________

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK