Parler d'intelligence augmentée plutôt que d'intelligence artificielle

L'Intelligence Artificielle n'existe pas
L'Intelligence Artificielle n'existe pas - © Tous droits réservés

Sophie recevait, ce samedi, le scientifique Luc Julia pour parler de son ouvrage “L’Intelligence Artificielle n’existe pas”. A la base de nombreuses inventions technologiques, il a notamment créé SIRI.

Désormais chef de l’innovation chez Samsung, Luc Julia est un scientifique de génie toulousain. C’est l’un des gourous mondiaux de l’intelligence artificielle. Célèbre dans la Silicon Valley aux États Unis, les plus grosses marques se l‘arrachent et pour cause, Apple lui doit SIRI le célèbre outil de reconnaissance vocale et HP les imprimantes connectées par exemple. Les premiers frigos connectés ou les lunettes de réalité virtuelle c’est encore lui. Aujourd’hui, ce grand scientifique a décidé de prendre sa plume pour déconstruire le mythe de l’intelligence artificielle à travers un fascinant récit autobiographique.

Comme le décrit bien le titre de son ouvrage, pour Luc Julia, l’intelligence artificielle n’existe pas. Le scientifique français préfère parler d’intelligence augmentée. L’intelligence artificielle d’aujourd’hui, c’est un outil. Or, ces outils ne peuvent pas être considérés comme de l’intelligence artificielle puisqu’ils ne sont pas dotés de sensibilité et qu’il y a toujours un être humain à la manœuvre derrière ceux-ci. Ils ne sont pas capables d’inventer. Ils ne feront que ce pour quoi ils ont été conçus initialement.

"J’ai doté SIRI de stupidité humaine"

Pour rendre ces outils plus humains et montrer qu’ils peuvent, potentiellement, se rapprocher d’un humain, il fallait leur ajouter un petit peu de stupidité. 

C'est ce qu'ont décidé de faire les développeurs de SIRI. Ils savaient que la technologie ne marchait pas très bien pour la reconnaissance de la parole et qu’il fallait rajouter quelque chose qui montrait que ce n’était pas parfait. Quand ce n’est pas parfait, c’est que c’est un petit peu stupide.

Des avancées potentiellement dangereuses

Pertes d’emplois ou encore dépassement de l’humain par la machine représentent des exemples de craintes à l'égard des technologies de l'intelligence artificielle.

Des emplois devraient disparaître mais ce ne serait pas inédit. Depuis 1770, en France, les métiers à tisser remplaçaient les ouvriers de la soie à Lyon. Malgré les émeutes et les problèmes survenus durant ce changement, cela a créé de nouveaux métiers. En France, l'industrialisation vers la robotique a fait perdre des emplois également. 

En y regardant de plus près, des pays industrialisés réussissent pourtant très bien leur transition vers la robotique. Le Japon ou encore l'Allemagne sont témoins d'un taux de chômage bien inférieur au nôtre malgré une robotisation plus importante. Des emplois sont créés face à cette robotisation. 

Pour écouter la suite de cette séquence, rendez-vous sur la vidéo ci-dessous : 

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK