Pardonner, mais pourquoi ?

Pardonner, mais pourquoi ?
Pardonner, mais pourquoi ? - © Tous droits réservés

Pour s’intéresser au pardon, il est intéressant de penser à son contraire : la rancoeur, la rumination, le sentiment de vengeance…. Pardonner ne signifie pas effacer ce qui a été fait, mais décider qu’on ne veut pas rester prisonnier du ressentiment, qu’on ne souhaite pas faire durer la peine.

Pardonner n’est pas oublier ou s’excuser

"Ce qui est necessaire pour aller de l’avant, c’est nous pardonner à nous-mêmes, aux autres, et aux évenements qui ont causé notre souffrance" s’exclame Ilios Kotsou. Mais attention, s‘excuser ou tenter d’oublier ce qui s’est passé ne constituent pas des aspects légitimes du pardon. Ces demarches peuvent finalement être contre-productives et resulter en un "simulacre de pardon". Le pardon est l’antithèse de l’oubli ; car si l’on oublie le tort qui a été fait, alors, il n’y a plus rien à pardonner. On pardonne pour soi, avant tout, pour se libérer soi-même de la haine et du ressentiment

Le pardon comme outil de réintégration sociale

Au niveau social, le pardon (et la réconciliation que celui-ci facilite) sont des ingrédients fondamentaux de la vie sociale. Dans beaucoup de sociétés que l’on nomme parfois traditionnelles, le pardon apparaît comme la composante clé des systèmes de justice. Dans ces sociétés, tout offenseur est perçu par ses compagnons comme littéralement coupé de la société par suite de l’offense qu’il a commise. Par exemple, les Navajos ont coutume de dire d’un agresseur qu’"il a agi comme s’il n’avait pas de relations". L’objectif essentiel est donc de réintégrer l’offenseur dans sa société car il est considéré comme néfaste pour une société de se démembrer. Le pardon humain est donc, dans ces sociétés, la voie préférée de traitement des offenses.

Les conseils d’Ilios

Nous gâchons de nombreux moments de bonheur de par nos difficultés à pardonner. "S’accrocher à l’offense c’est s’accrocher à la souffrance". Pardonner, c’est lâcher la braise du ressentiment et de la vengeance qui nous brule la main, pour avoir les mains libres pour prendre soin des aspects positifs de notre vie.

Docteur en psychologie et Maitre de Conférences à l'Université Libre de Bruxelles, Ilios Kotsou analyse chaque semaine un thème fondamental de nos vies quotidiennes. Retrouvez le sur son blog, sur sa page Facebook et tous les dimanches dans Week-end Première.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK