Oliver Chastel (MR) - "Faire peur aux gens est irresponsable"

Olivier Castel, président du MR
Olivier Castel, président du MR - © Tous droits réservés

Un an, jour pour jour après les élections législatives, le président du MR Olivier Chastel fait le point sur la popularité de son parti dans un gouvernement fédéral à majorité flamande.

Il promet un virage fiscal pour l’été, soutient la politique énergétique de la ministre Marie-Christine Marghem et dit conserver un bon contact avec les autres partis francophones. Y compris le PS. 12 mois ont passé et, malgré sa participation à un gouvernement incluant la N-VA, le MR connaît une progression marquée dans les récents sondages, au détriment du PS. Un an après le MR se porte bien, notamment à Bruxelles.

________________________________________________________________________________________________________
 

"Le moment unique pour mener des réformes à long terme"

Le 20 mai 2014, le MR disait encore qu’il n’irait pas dans un gouvernement associant N-VA et qu’il ne toucherait ni à l’âge de la pension, ni à l’index. Mensonges? Pour le président du MR, c’est l’attitude du PS qui a changé la donne: "Le lendemain des élections, le PS et le cdH n’ont pas tenu compte du choix des électeurs. Le PS avait assuré qu’il attendrait la formation des majorités régionales avant de négocier la participation au gouvernement fédéral. Ce qu'il n'a pas fait. Nous avons donc dû réagir. Et rapidement on a compris que le moment était unique pour mener des réformes à long terme."

Sans regret sur les 12 mois passés, Olivier Chastel reconnaît tout au plus des erreurs de communication utilisées par l’opposition: " Quand le PS dit que l’on va tous devoir travailler jusqu’à 67 ans, que ce sera aussi le cas pour les enseignants et que l’on ne tient pas compte des métiers pénibles, c’est faux. Faire peur aux gens est irresponsable. "

 

________________________________________________________________________________________________________
 

Le rééquilibrage budgétaire : sans doute pour l’été

Le gouvernement dit vouloir mener une réflexion sur une réforme fiscale importante. "Il y a déjà 2,8 milliards de tax shift engrangés avec des politiques nouvelles en matière d’emploi, de pouvoir d’achat et de compétitivité. C’est déjà un premier élément. On doit amplifier ce phénomène. Le Tax Shift doit être fixé avant l’été (c’est l’ambition du MR) par une réduction de la charge qui pèse sur le travail. Comment le financer ? "En faisant payer les fraudeurs, les pollueurs et les spéculateurs. Conforter ceux qui ont un bon comportement dans notre société est primordial. "

________________________________________________________________________________________________________
 

Energie : l’analyse cachée

La critique sur l’analyse juridique cachée (sur la problématique Doel 1 et 2) réalisée par un cabinet privé pour la ministre Marie-Christine Marghem correspond, pour Olivier Chastel, à un manque de spontanéité : " Nous sommes soudés autour de la sécurité énergétique, notamment pour les hivers prochains. Il y a un débat, de l'opposition, pour empêcher l’évolution de ce dossier. La ministre aurait dû être plus spontanée à donner un certain nombre de textes réclamés par le parlement. Elle l’a fait." Pour le fond, le MR reste attaché à la prolongation de Doel 1 et 2. " Il n’est pas du tout dans notre intention de passer les cap de 2025 mais aujourd’hui, on a besoin de ces réacteurs. "

Après ce tumulte autour de l’analyse interne qui n’en était pas une, la tension est-elle apaisée entre les partis ? Olivier Chastel se dit serein : " Je fais une grande distinction entre le débat public et les relations entre les hommes. Je parle avec mes homologues des autres partis et je pense que la relation humaine est bonne. Mais politiquement nous ne sommes pas d’accord et cela, c’est le débat public."

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK