Nos enfants doivent-ils faire des tâches ménagères?

Intégrer les enfants dans les tâches quotidiennes présente plusieurs avantages, pourtant, n'avons-nous pas tendance à oublier de leur apprendre ces choses simples comme le ménage et la vaisselle? Retour sur l'avis d'Isabelle Roskam, docteur en psychologie.

Il y a au moins deux raisons qui empêchent les parents de mettre les enfants à contribution, selon la psychologue. 

Le parent parfait

D'un côté, un parent parfait se doit d'assurer sur tous les fronts et s'occuper de tout. De l'autre, il laisse son enfant vivre, sans le prendre pour Cendrillon. Dans cette optique du parent parfait, il devient difficile de confier des tâches "ennuyantes" à un enfant. Aurait-on l'impression d'aller contre l'épanouissement de son enfant en lui demandant de participer? Est-ce que ce n'est pas le sortir du monde de l'enfance que de l'obliger à participer à des besognes peu gratifiantes? 

Le parent perfectionniste

Si certains parents ont du mal à déléguer, c'est probablement à cause du perfectionnisme. Ces parents veulent que les choses soient extrêmement bien faites et à leur place. Ils préfèrent alors réaliser eux-mêmes les tâches, par gain de temps et d'efficacité. Mais ne faut-il pas accepter que les choses ne soient pas toujours comme on le souhaite? Est-ce fondamentalement une gêne que les verres ne soient pas bien alignés dans l'armoire par exemple? 

Les bienfaits

D'une part, déléguer permet de répartir le temps et de dégager des moments pour tout le monde, pour soi et pour la famille. 

D'autre part, lorsque les enfants sont élevés dans l'unique épanouissement, quand il faudra s'y mettre, la frustration sera probablement au rendez-vous. Laisser croire que chaque activité est épanouissante et que les tâches ennuyantes n'existent pas, ce n'est pas la vraie vie. Il n'y aura pas toujours quelqu'un pour faire les choses à leur place, autant qu'ils en soient conscients au plus tôt. 

 

 

Mais quand commencer? A partir de quand solliciter les enfants? Y-a-t-il une limite dans le nombre de tâches à déléguer? Réécoutez l'avis d'Isabelle Roskam sur ces dernières questions... 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK