Nos adresses gourmandes et durables coup de coeur!

Nos adresses gourmandes et durables coup de coeur!
Nos adresses gourmandes et durables coup de coeur! - © osteriaagricolatoscana.eu

Et cette semaine, à l'occasion du Festival Eat Brussels, petite sélection bruxelloise par l'ami Michel Verlinden! 

Moeder Lambic 

Le Moeder Lambic fait office de héros de la capitale car cela fait 10 ans que l’enseigne a pris de l’avance sur son temps en virant de sa gamme le Coca-Cola et les bières industrielles. 10 ans que l’endroit propose des fromages au lait cru et des salaisons uniquement glanés en Belgique. Des puristes ? Sans aucun doute. Ils ont beaucoup fait pour le retour en grâce des gueuzes et autres lambics artisanaux. On pointe un système de 30 pompes permettant de servir les bières à deux températures différentes : 5°c pour la majorité de la carte, 9°c pour une merveille comme le Saint Lamvinus de Cantillon. L’amateur découvre ici une excitante liste des " bières du jour " disponibles au fût. Le must ? C’est le brunch du samedi et dimanche proposé pour 17-18 euros à Saint-Gilles. C’est le contraire du buffet qui est sans doute l’un des concepts les moins durables qui soient (après, en théorie, tout finit à la poubelle). Ici, on reçoit une assiette avec un œuf cocotte, un croissant de chez Charly (farine bio) du houmous, trois salades (lentilles, pâtes grecques), des salaisons et du fromage au lait cru, miel bio, confitures bio, fontainebleau + jus mandarine et une boisson chaude.

Moeder Lambic Original, rue de Savoie 68, Saint-Gilles. Tél. : 02 544 16 99. Ouvert tous les jours, de 16h à 03.www.moederlambic.com

Le Transvaal

Pas d’ambition démesurée au Transvaal, juste l’envie de bien faire son métier avec de bons produits. Le genre d’adresse qui devrait exister dans tous les quartiers de Belgique. Cette formule humble et salutaire prend place dans un petit restaurant logé au cœur d’une ancienne boucherie tout en carrelages blancs, tables en bois clair et chaises d’écolier. On ne vient pas y chercher l’intimité. Autant le savoir : dans la salle d’une vingtaine de couverts les conversations se chevauchent, les rires se bousculent. L’atmosphère n’est donc pas au tête-à-tête amoureux mais bien à la convivialité entre amis. Celle-ci est sublimée par un service jovial et une cuisine du marché très convaincante. On en prend la mesure dès l’entrée en choisissant un duo de croquettes au vieux cantal (14 euros) parmi les propositions d’une ardoise plutôt réduite – 4 entrées, 5 plats – mais variée. Panure irréprochable et fromage racé qui fond dans la bouche, c’est un délice. Mais c’est la petite salade qui accompagne qui fait la différence. Négligée dans de nombreux restaurants, celle-ci s’affiche tout en fraîcheur, incroyablement soignée et ponctuée de lamelles de concombre, de cerfeuil, de champignons de Paris crus et d’une délicieuse vinaigrette aux morilles. On ne regrette pas le détour. D’autant moins que le plat monte le curseur de la qualité encore un peu plus haut, soit un dos de cabillaud rôti sur peau, mousseline de petits pois, girolles et fèves des marais (26 euros). La cuisson ? Exemplaire ! La chair du poisson est à la fois blanche et légèrement transparente, comme il se doit. Le tout est rendu extrêmement gourmand par le biais d’une mousseline à l’accent végétal. Un seul (tout) petit reproche : quand on propose une sélection réduite à 5 vins blancs, il est impératif d’annoncer d’emblée une référence qui manque.

Le Transvaal, avenue Joseph Chaudron 40, Auderghem. Tél. : 02 660 95 76. www.letransvaal.be Ouvert de 12h à 14h30 et de 18h30 à 22h, fermé le lundi soir, le mardi soir, le samedi et le dimanche.  

Osteria Agricola Toscana

Une table qui se situe à mi-chemin entre le producteur – Podere del Grillo - et le consommateur final mérite que l’on s’y arrête. C’est d’autant plus vrai lorsque les produits ne dérogent jamais au principe du " farm to table ". C’est le cas de cette Osteria Agricola Toscana qui signe une carte inspirée ainsi que des préparations mettant le végétal à l’honneur. On retient tout particulièrement la " cassetta dell’osteria ", sortes d’antipasti de légumes hyper-créatifs.

20, rue Livingstone, à 1000 Bruxelles. Tél. : 02 231 64 07. www.osteriaagricolatoscana.eu Fermé dimanche et samedi midi.

La Petite Production

Comme son nom l’indique, ce nouvel endroit mise sur les circuits courts et les petits producteurs respectueux des sols. Certains indices ne trompent pas : le choix des boissons (bières de la Brasserie Dupont, vins nature signés Marie Lapierre ou Laurent Cazottes), le refus d’en passer par un fournisseur comme Metro, ainsi que le fait que tout, à peu de choses près, est fait maison par une jeune cheffe qui connaît son affaire. Le décor, d’une épure de grande justesse, ajoute au charme du lieu, entre chaises colorées en formica et bardage de bois clair qui entoure la cuisine ouverte. La Petite Production s’est déjà fait un nom pour ses brunchs du week-end. On a choisi pourtant de tester l’endroit un midi de la semaine. On n’a pas été déçu par l’atmosphère à la cool et la qualité de la nourriture. Arrivé trop tard (13h15…) pour le lunch, on a opté pour la formule " Pimp my eggs " (11,50 euros en version végétarienne). Le pitch ? Deux œufs, choisis brouillés, servis avec le légume du jour, des champignons et une salade. Ça a l’air tout simple comme ça, sauf que la salade en question était d’un raffinement achevé avec de la roquette, du cresson, de la betterave jaune aigre-douce, des radis et différentes sortes de feuilles de moutarde. Dans l’assiette, l’harmonie entre le côté crémeux des œufs et l’acidité de la salade était parfaite. Sans oublier le pain provenant de la Fleur du Pain, place Flagey. Il faut ajouter à cela la note de café des betteraves qui réconcilie avec ce légume trop souvent terreux. Mention pour l’aérien brownie (5,50 euros) et sa crème anglaise en dessert.

La Petite Production, rue du Couloir 5, Ixelles. Pas de réservation. Ouvert du mardi au vendredi, de 8h à 17h, ainsi que le samedi et le dimanche, de 10h à 16h.  

Tontons

Le bonheur en famille ? Il passe par ces Tontons à l’addition tout sauf flingueuse. L’esprit est celui d’un resto de quartier au comptoir de marbre et aux colonnes cuivrées embarque. A son bord ? Les laissés pour compte du gotha gastro : spaghetti bolognaise, pâtes fromage-jambon, coquillettes… Autant de préparations non nées qui reçoivent enfin les honneurs qu’elles méritent grâce à de vrais produits : comté inespéré, jambon ventru, sauce tomate de grande vivacité (rien à voir avec l’habituelle fange acide), truffe râpée… Sans oublier, une planche apéro d’auteur – Hoeve Cuvry à Dworp –, des vins délurés (Descombes, Foillard, Nicq et compagnie) et du saké au yuzu.

Tontons, 69, rue du Doyenné, à 1180 Bruxelles. Tél. : 02 217 03 61. 

Et retrouvez Michel Verlinden dès la semaine prochaine dans le "Weekend Black Food" du 15/09, numéro spécial dans lequel il y a 150 adresses de restos dans toute la Belgique à – de 50 euros le couvert. 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

Recevoir