Non, il n'est pas trop tard pour combattre les phobies de l'été!

Parmi les phobies de l'été : la peur des araignées et des insectes
Parmi les phobies de l'été : la peur des araignées et des insectes - © Pixabay

A la veille des vacances, Françoise Bidart, spécialiste de la sophrologie et de l’hypnose, nous donne quelques conseils pour combattre les phobies de l'été : l'avion, les insectes, l'eau, la peur de quitter son domicile ou encore la dysmorphophobie, le fait de se voir plus laid qu'on ne l'est et d'avoir du mal à se mettre en maillot sur la plage.

Il n'est pas trop tard pour réagir ! La sophrologie demande un travail de plus longue haleine mais l'hypnose peut être très rapidement efficace.

Il faut d'abord faire la distinction entre avoir peur et être phobique. Beaucoup d'entre nous sont mal à l'aise devant de petites choses, une araignée, une souris... Ces peurs peuvent se gérer avec la sophrologie : gestion du corps, puis gestion des émotions via des futurisations, des dépassements d'obstacles...

La phobie, c'est autre chose ! C'est plus fort que vous, ça vous limite et vous handicape totalement. Il est impossible de se raisonner parce que c'est irrationnel, ancré au niveau du cerveau émotionnel. Il faut aller dans le cerveau gommer cette phobie.

Pour Françoise Bidart, les phobiques sont des gens extrêmement courageux, ils essaient constamment de se contrôler pour ne pas tomber dans une crise. En avion, ils ne bronchent pas en cas de trou d'air par exemple, alors que tout le monde va s'exclamer ou réagir.


La baguette magique contre les phobies, c'est l'hypnose

La phobie peut être de deux types:

- soit être liée à un événement précis, un traumatisme vécu dans le passé. La phobie va avoir tendance à s'accentuer avec le temps. 
- soit sans aucune cause particulière, il ne s'est jamais rien passé mais la phobie est bien là quand même.

Dans le premier cas, le problème est résolu en une ou deux séances avec le thérapeute en hypnose. L'inconscient se sent écouté et peut alors faire son travail d'auto-nettoyage. L'amélioration peut être progressive ou immédiate, comme dans le cas de la phobie de l'avion, de la préparation à une opération ou à un accouchement.

Dans le deuxième cas, on parle d'une anxiété intérieure qui s'extériorise sur un objet ou une situation extérieure. Plutôt que de faire face à une anxiété existentielle, on va plutôt avoir peur de quelque chose d'extérieur : araignées, souris, éloignement... sans que ce soit lié à quelque chose de concret. 

Le travail d'hypnose sera de plus longue haleine, parce qu'il faudra aller détricoter les fils de ce qui provoque cette anxiété reportée sur un élément extérieur. L'hypnose étant toutefois une thérapie brève, il faudra en général 5 ou 6 séances maximum. 

Quand l'objectif est atteint, le thérapeute ne voit plus la personne, mais il arrive qu'elle revienne pour un autre défi à résoudre ou un souci qui survient. Vu que le fond a été travaillé, le problème se résout alors en une ou deux séances.


Rendre nos peurs acceptables

L'hypnose travaille dans la douceur. Il ne faut en effet pas forcer une personne phobique à affronter directement ses peurs, c'est trop violent. Mais la technique de l'évitement n'est pas non plus la solution parce qu'elle va renforcer la phobie. 

Il ne faut pas oublier que la peur est une bonne émotion, elle nous protège. Si on n'a pas peur de l'eau, on risque de se noyer. Sans la peur, nous ne serions pas là aujourd'hui.

Mais chez le phobique, la peur est réglée trop fort. Il faut en diminuer l'intensité jusqu'à ce qu'elle soit acceptable et sécurisante. Avec l'avion, par exemple, la peur est très souvent dégressive. La personne est un peu tendue la première fois, puis au fil du temps s'apaise.

"Les peurs font partie de nous, il faut les accepter,
mais essayer d'en diminuer l'intensité, c'est mieux !"

Ecoutez Françoise Bidart dans Tendances Première, ici
et retrouvez ses conseils sur sophrobel.be

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK