Napoléon III, un empereur social, vraiment ?

Alors que ses premières tentatives de coups d’Etat, mal préparées, ont échoué, Louis-Napoléon Bonaparte se retrouve enfermé au fort de Ham, dans ce que l’on appelle aujourd’hui Les Hauts-de-France.

Le futur premier Président de la République et futur Empereur sous le nom de Napoléon III en profite pour coucher sur papier une sorte de manifeste politique qu’il intitulera : " L'Extinction du Paupérisme ".

Il écrit :

" La richesse d’un pays dépend de la prospérité de l’agriculture et de l’industrie, du développement du commerce intérieur et extérieur, de la juste et équitable répartition des revenus publics.

Il n’y a pas un seul de ces éléments divers du bien-être matériel qui ne soit miné en France par un vice organique.

Tous les esprits indépendants le reconnaissent.

Ils diffèrent seulement sur les remèdes à apporter … "

L’auteur développe, ensuite, ses idées, mélange de libéralisme autoritaire et de socialisme utopique.

 

Napoléon III a-t-il réellement été un empereur à la fibre sociale ?

Invité: Vincent Genin, docteur en histoire de l'Université de Liège (histoire des relations internationales)

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK