Monastère de Bose : "Sonnez, entrez, quelqu'un vous accueillera"

Monastère de Bose : "Sonnez, entrez, quelqu'un vous accueillera"
Monastère de Bose : "Sonnez, entrez, quelqu'un vous accueillera" - © Monastero di Bose

« Le christianisme n’est pas une religion ». C’est ce qu’affirme un moine atypique et charismatique. Il s’appelle Enzo Bianchi. Il est le fondateur de la communauté monastique de Bose, en Italie. Un monastère mixte et qui rassemble des chrétiens en provenance de diverses églises. Nous découvrons les lieux en compagnie de l’écrivain Alexis Jenni. Il s’est rendu sur place avec Nathalie Sarthou-Lajus, et ils viennent de signer « Une vie simple » (Albin Michel), un livre consacré à ce monastère.

Près de 80 personnes, moines et moniales, des hommes et des femmes provenant de diverses églises chrétiennes forment la communauté du monastère de Bose. Le rythme des arrivées ne ralentit pas, une exception dans l’univers des monastères.

Enzo Bianchi fonde la communauté en décembre 1965 lorsqu'il décide de vivre seul dans une maison qu'il loue dans le hameau de Bose. Quelques années plus tard, le rejoignent les premiers frères qui s'emploieront à pratiquer l'accueil et à étudier l’Écriture et la tradition monastique.

Les frères et les sœurs de Bose mènent une vie simple cénobitique faite de prière et de travail où l'hospitalité joue une rôle essentiel. La communauté pratique l'accueil de tous, mais surtout de ceux qui veulent partager leur mode de vie et échanger avec eux sur les problèmes du monde et de l’Église. (source)

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK