Mon enfant est-il intelligent?

Mon enfant est-il intelligent ?
Mon enfant est-il intelligent ? - © Tous droits réservés

C’est une question que la plupart des parents se posent face aux résultats scolaires de leur progéniture. Or se demander si son enfant est intelligent, c’est se tromper de question selon Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l’Université de Mons.

Selon lui, il faut plutôt se demander quel type d’intelligence a son enfant. Le vrai principe de l’intelligence vient en fait de notre façon de myéliniser, c’est-à-dire la manière que nous avons d’activer les circuits cérébraux de façon à ce qu’une partie de l’intelligence soit active. Chaque enfant, comme chaque adulte, va myéliniser des parties différentes.

L’intelligence multiple

La tendance la plus connue, et dont on fait le plus la promotion à l’école, c’est de se focaliser sur les deux intelligences que sont l’intelligence logico-déductive et l’intelligence conceptuelle, soit les mathématiques et le français. Or ce n’est parce qu’un enfant n’est pas bon ni dans l’un ni dans l’autre qu’il n’est pas intelligent, bien au contraire.

Comme l’explique Bruno Humbeeck: "Ce sont des zones cérébrales différentes qui s’activent et donc se focaliser sur les résultats scolaires ce n’est pas une bonne façon d’évaluer l’intelligence car là on donne trop de poids à ces deux types d’intelligence qui sont surévaluées, il ne faut jamais oublier que l’école est passée à côté de tous les génies de l’Humanité comme Einstein, Mozart et Darwin."

Il existe d’autres sortes d’intelligence qui sont tout aussi importantes et qui activent des zones cérébrales différentes. Pour le psychopédagogue, il faudrait justement mettre plus en valeur ces autres types d’intelligence très utiles à la société comme celle de l’intelligence collective qui permet de réfléchir à la meilleure la façon de travailler avec les autres ou encore l’intelligence émotionnelle, qui permet de comprendre les autres et de se comprendre soi-même face aux autres.

Être bon en maths ou en français ne signifie pas forcément qu’une personne est intelligente et ça vaut également dans le sens inverse.

L’intelligence n’est pas toujours là où on croit qu’elle se trouve

Pour comprendre quel type d’intelligence possède son enfant, il faut observer simplement à quoi l’enfant va s’intéresser, or on pense parfois à tort que certains centres d’intérêts de l’enfant ne développent pas son intelligence.
À cause du privilège donné aux intelligences développées par les mathématiques et le français (l’intelligence logico-déductive et l’intelligence conceptuelle), on déduit trop rapidement que si enfant n’y excelle pas, c’est qu’il a forcément une lacune.

Bruno Humbeeck explique cependant que "par exemple, on pense vite d'’un adolescent qu'il est moins intelligent parce qu’il ne fait rien à l’école et parce qu’il joue à des jeux vidéos. Or ceux-ci sont parfois très élaborés et vont en fait stimuler d’autres formes d’intelligence: stratégique, procédurale, analytique. Ce sont les intelligences stimulées par 'Call of Duty' par exemple, un jeu que les parents n’aiment pas beaucoup. L’enfant va simplement développer son intelligence dans des niches qui ne sont pas soumises à pression."

Dire que son enfant ne s’intéresse à rien est donc souvent une mauvaise interprétation donnée par les parents. Souvent les enfants s’intéressent à des choses qui ne sont pas connues ou pas reconnues comme des loisirs "intelligents".

Pour Bruno Humbeeck, on peut y voir encore une autre forme d’intelligence: "L’enfant ne choisit pas son centre d’intérêt en fonction de ce qui fait plaisir à ses parents mais réellement en fonction de ce qui l’intéresse, ce type d’enfant aura surement plus de facilité par après car il se mobilisera vraiment pour les choses qui l’intéressent. "

Réécoutez les conseils de Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l’université de Mons dans Tendances Première

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK