Moi, je & mon Smartphone

Nous vivons tous aujourd'hui dans une société robotique où nous devons faire un tas de choses à la fois.

Une partie de la population pense que si elle n'est pas connectée, elle loupe quelque chose et peut alors développer des formes d'angoisse ou d'énervement.
Quelle est notre relation avec les objets connectés ?

 

Certains chercheurs parlent de "nomophobie", contraction de l'expression anglaise "no mobile phobia".
Elle touche principalement les accros aux réseaux sociaux qui ne supportent pas d'être déconnectés.

______________________________________________________________________________

Le phénomène s'est amplifié avec l'arrivée des smartphones et des forfaits illimités qui proposent une panoplie de services : Où suis-je ? Y a-t-il des restaurants à proximité ?

 

J'achète mon billet de train pour ce week-end, je planifie ma soirée, etc... Ce qui encourage dès lors la " connexion perpétuelle ".
Les chercheurs avancent ainsi l'hypothèse qu'être séparé de son smartphone conduit comme à une dépossession ou une diminution de son être.

On parle de prolongement de soi.
On parle même de l'arrivée d'une nouvelle tendance, les cures de détox numérique qui auraient de plus en plus de succès.

 

______________________________________________________________________________________
 

Avec Bruno de LIEVRE

Professeur à l'UMons

Expert en Technologie de l’Éducation, usages des Tic en Éducation

Responsable de le Revue Éducation & Formation.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK