Mohamed Sifaoui : "Les femmes voilées sont consciemment ou inconsciemment au service de l'islamisme"

L'islamisme selon Mohamed Sifaoui
2 images
L'islamisme selon Mohamed Sifaoui - © Tous droits réservés

Il se considère comme un lanceur d’alerte. Et il invite à diaboliser l’islamisme. Le journaliste Mohamed Sifaoui vient nous raconter ses combats. Ce spécialiste de l’islam politique est aujourd’hui encore menacé de mort.

Mohamed Sifaoui est l’auteur du livre “Une seule voie : l’insoumission” (PLON).

Les phrases à retenir
 

"J'espérais que tous les mauvais présages que j'avais à l'esprit n'auraient jamais à se réaliser, qu'il y aurait une prise de conscience, une mobilisation citoyenne, un appareil d'Etat renforcé, des mesures efficaces... Mais en vérité, nos gouvernements se trompent sur leur diagnostic, l'idée n'étant pas de lutter contre les terroristes mais contre le terrorisme, qui implique de prendre à la fois la mesure du danger criminel qui nous guette mais de prendre aussi la mesure de la matrice idéologique qui nourrit ce fait criminel, à savoir l'islamisme. Et si on n'a pas une réponse globale, donc politique, donc idéologique, on ne viendra jamais à bout de ce problème."
 

"Ceux qui pensent qu'il suffirait de faire ruisseler de la richesse, de la prospérité, pour faire en sorte que les gens deviennent plus imperméables au chant des sirènes islamistes, ils se trompent. Ce que ces gens recherchent avant tout est de nature idéologique. Certains renoncent à leur travail, à leur carrière, à leurs études pour aller se mettre en danger, y compris dans une logique destructrice et auto-destructrice. Les islamistes disent : "Nous avons divorcé d'avec la vie d'ici-bas". Ils sont entrés dans une autre logique, dans un autre monde."
 

Le voile est un uniforme

"Toutes les idéologies totalitaires cherchent à uniformiser. Les femmes voilées, en banalisant le voile islamiste, sont consciemment ou inconsciemment au service de l'islamisme. Parce que derrière le voile, se cache une inégalité que toutes les religions de nature patriarcale veulent instaurer entre les femmes et les hommes. Le voile est surtout un uniforme qui raconte une histoire et qui veut valider une vision de la société qui met la femme dans un état d'infériorisation. Une femme qui décide de porter le voile est en même temps soumise à des lois qui obéissent à d'autres logiques, et ces lois forment notre projet de société. Le problème est quand ce voile devient un élément de prosélytisme... Il y a des voiles culturels qui sont portés par des femmes qui ne pèsent pas ce qui est train de se jouer. Mais il y en d'autres femmes, plus jeunes, qui sont militantes et embrigadées dans des lieux de prosélytisme et tentent de normaliser cet accoutrement et cette idéologie qu'il symbolise."


L'islamisme contre la démocratie

"L'islamisme, c'est tout ce qui est de nature à idéologiser ou politiser l'islam. Lorsque l'islam devient un instrument pour essayer d'influencer la vie de la cité, de contrecarrer certaines lois ou usages et mettre en péril le projet de société démocratique, il s'agit plutôt d'islamisme."


"Les mouvements islamistes désignent la démocratie comme une impiété car elle consacre la souveraineté du peuple et ils estiment que la souveraineté n'appartient qu'à Dieu seul. Ils estiment que le spirituel et le temporel se confondent nécessairement, c'est donc un système fortement anti-laïque. La liberté d'expression, le droit au blasphème, à la critique, d'avoir une religion ou d'en changer, de déclarer son athéisme,... tout cela est rejeté par les doctrines islamistes. (...) La société a été travaillée par des logiques extrémistes portées par des Etats étrangers, des confréries comme les Frères musulmans, par des groupes d'activistes..."


Pour Mohamed Sifaoui, "Il est nécessaire de créer les conditions permettant la diabolisation et même la criminalisation des associations et groupes islamistes. Comment diaboliser une organisation ? On diabolise bien les néo-nazis... Moi j'étais de ceux qui prônaient une interdiction de ce groupuscule fascisant dès le départ, Sharia4Belgium, extrêmiste, qui a joué avec une partie de l'esprit de la jeunesse et qui a représenté un danger pour l'ordre public. Il faudrait interdire toute organisation qui diffuserait un islam de conquête, de haine, de violence, d'anti-sémitisme, d'homophobie... Il ne faut pas normaliser les discours de haine."
 

"Nous ne sommes plus dans une société pacifiée. Sur le plan juridique, constitutionnel, l'état de guerre n'est pas officiellement déclaré mais philosophiquement, nous sommes dans un état de guerre, évidemment. Quand vous sortez dans la rue et que vous n'êtes pas sûr le soir de rentrer chez vous, ça veut dire que vous êtes dans un état de guerre."

_______________

Ecoutez l'intégralité de l'entretien !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK