MédiaTIC : Un état transparent, des données ouvertes

data.gouv.fr
data.gouv.fr - © RTBF

L'actualité des médias et des nouvelles technologiques avec Alain Gerlache.

« Innovation, transparence, ouverture », ce sont les mots clés d’une nouvelle initiative gouvernementale pour se rapprocher des citoyens. Mais ça se passe en France.

Oui, c’est lundi dernier qu’a été ouverte la « Plate-forme française d’ouverture des données publiques ». On la trouve à l’adresse data.gouv.fr. Elle contient des milliers de données comme par exemple les résultats électoraux, les effectifs de la fonction publique, les émissions industrielles de polluants, la localisation des accidents, etc.

Certaines de ces données étaient déjà disponibles à différents endroits, mais dorénavant tout est rassemblé sur un même site. Précision : il ne s’agit que de données globales et publiques, jamais privées.

Pourquoi lancer un tel projet ? L’enjeu est d’abord démocratique. Il part d’un postulat simple : toutes les données publiques doivent être accessibles aux citoyens sans qu’il faille les demander. Aujourd’hui, les TIC, les nouvelles technologies permettent de mettre ce principe en pratique.

Mais l’enjeu est aussi économique. La mise à la disposition de ces informations doit être utile aux universités, aux centres d’études, ainsi qu’aux entreprises. La Commission européenne évalue les retombées économiques de la circulation de ces données à 140 milliards d’euro à l’échelle européenne, un montant surévalué selon certains observateurs.

Cette initiative française s’inscrit d’ailleurs dans le mouvement vers la gouvernance ouverte et le libre accès aux données prôné par l’Union européenne.

Et qui concerne donc aussi la Belgique.

Oui, notre pays a aussi son site : data.gov.be. On y trouve pêle-mêle les décisions gouvernementales, des prévisions démographiques mais aussi la fréquence des prénoms ou un inventaire des orgues. Ses responsables concèdent qu’il est encore peu fourni. Mais on nous assure que ce n’est qu’un début. Un signe du nouveau gouvernement serait le bienvenu.

En fait, ce mouvement est en marche un peu partout dans le monde. Ce sont les Américains et les Britanniques qui font la course en tête. Aux États-Unis, certains ont même développé des applications pour rendre les données davantage lisibles pour tous, pour visualiser les choix budgétaires du gouvernement ou mesurer l’impact des aides à l'emploi.

Quant au Royaume-Uni, on se souvient qu’il a connu un grand scandale lié aux dépenses privées que les députés mettaient à charge de l’Etat. Eh bien, maintenant, tous les remboursements des dépenses des élus sont mis en ligne. Une démocratie vivante n’a rien à craindre des citoyens.

 « Innovation, transparence, ouverture » c’est en quelque sorte l’écho à l’ère numérique de la devise d’une autre révolution « Liberté, Egalité, Fraternité » qui en 1789 avait marqué le début de la citoyenneté moderne.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK