MédiaTIC : Presse : " Le papier continuera, mais avec une valeur de luxe "

Mensuel Rue89
Mensuel Rue89 - © Rue89

L'actualité des médias et des nouvelles technologies avec Alain Gerlache.

Les défenseurs de la presse papier y avaient vu un signe encourageant : le site d’infos sur le web Rue89 avait lancé un mensuel imprimé. Aujourd’hui, il y renonce.

Oui, l’expérience aura duré 18 mois. Le mensuel rassemblait des articles déjà publiés sur internet. Ce que les anglo-saxons appellent le reverse publishing, la publication à rebours, d’abord sur le web ensuite sur le papier. Malgré des comptes équilibrés, le mensuel n’a pas rempli sa mission : conquérir un autre public que celui du site. Il sera remplacé par une version sur tablette.

Pierre Haski, le co-fondateur de Rue89, qui a fait l’essentiel de sa carrière dans l’imprimé, à Libération, le reconnait lui-même : « L'émergence des tablettes nous semble aujourd'hui irrésistible et notre développement sur ce support (est) plus cohérent avec l'identité d'un média numérique (…) et l’évolution de la société. Les tablettes (sont) l'espace magazine de demain ». Et il cite l’écrivain Erik Orsenna : « Le papier continuera, mais avec une valeur de luxe ».

Cette décision intervient à un moment ou ces sites d’infos s’intègrent dans de grands groupes.

Oui, Rue89 a été racheté par le groupe du NouvelObs qui veut clairement en faire son pôle tout numérique. Un autre site français, Atlantico pourrait être rejoindre Le Figaro. Aux Etats-Unis, le Huffington Post a été repris par AOL et il lance à présent des éditions dans d’autres pays. Et CNN serait sur le point de mettre la main sur Mashable, un site d'informations spécialisé dans les nouvelles technologies qui connait un très grand succès. Il a démarré à Aberdeen en Ecosse en 2005. Aujourd’hui, son bureau principal est à New-York et il compte 15 millions de visiteurs uniques par mois.

L’avenir de la presse est clairement sur internet.

Oui, mais rien n’est simple. Le Pew Research Centrer vient de publier un rapport particulièrement inquiétant pour la presse américaine. Les chercheurs ont eu accès à des données commerciales confidentielles transmises par 38 titres appartenant à 6 groupes de presse différents aux Etats-Unis.

Le constat tient en deux chiffres et peu de mots : chaque fois que les journaux américains gagnent un dollar en publicité sur internet, ils en perdent 7 sur la version papier. Conclusion : la presse écrite américaine ne parvient pas à trouver un nouveau modèle d’affaire rentable, même en investissant sur le web.

Les projections les plus optimistes indiquent que les revenus du numérique finiront par compenser les pertes enregistrées sur le papier, mais personne ne sait quand. Les prévisions plus pessimistes affirment que cela n’arrivera jamais. Et les dirigeants qui ont été interrogés ont avoué qu’ils ont le sentiment de mener un combat très difficile pour la survie de leur secteur.                                           

@AlainGerlache.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK