MédiaTIC : De l'exemplarité du français sur Internet et dans les médias

WikiLF
WikiLF - © RTBF

L'actualité des médias et des nouvelles technologies avec Cédric Godart.

La semaine de la langue française s'est terminée dimanche. L'occasion de rappeler qu'en matière de correction linguistique, l'exemple doit venir d'en haut.

La qualité du français est l’affaire de tous. Mais surtout des politiques et des médias, qui en sont les promoteurs les plus évidents, avec les enseignants.

Dans l'Express, Noëlle Lenoir, ancienne Ministre des Affaires européennes en France, relevait mercredi dernier - Journée de la Francophonie - que le français comme langue source des documents produits par les institutions européennes est passé de 40% en 1990 à moins de 6% aujourd’hui. L'anglais est devenu la principale langue de l'Union: la proportion est passée de 45 à 80% des communications institutionnelles.

Ce qui n'empêche pas nos voisins français de défendre notre langue!

Grâce à un tweet de François Beaudonnet, le correspondant de France Télévisions à Bruxelles, j'ai pu prendre connaissance hier d'un rapport sur l'emploi de la langue française remis au Parlement en France. Il date de 2012 et incite les représentants de l'État à l'exemplarité dans l’emploi de la langue, ce qui devrait inspirer bon nombre de leurs collègues belges dont la maîtrise linguistique n'est pas toujours la principale qualité.

Dans ce rapport, on apprend par exemple que certains usages liés au numérique ne décollent pas.

Le livre électronique par exemple. Selon l'institut GFK, il représentait 0,5% des ventes en 2011. L'an dernier, la progression n'a pas été fulgurante - 0,6 % - malgré une très nette hausse de la vente de tablettes: 1,4 million de tablettes en 2011, 13,6 millions fin décembre 2012.

Autre enseignement: les noms de domaine français se portent plutôt bien!

Après la Belgique, la France a adopté les caractères accentués dans les noms de domaine. En 2012, plus de 11.500 noms de domaine comprenant des caractères accentués ont été déposés en ".fr". Score sans appel pour le caractère "eì": il a été repris plus de 9.300 fois.

En matière d'utilisation de termes propres à l'univers Internet, le constat assez rassurant: "home, "search" et "news" sont quasiment inexistants sur le site des principales entreprises côtées à la Bourse de Paris. D'autres mots ont la vie dure, sans doute par leur ancrage numérique: c'est le cas de "newsletter" ou encore "email". On rencontre assez peu souvent leurs équivalents français "lettre d'information" et "courriel".

Sous l’ère Sarkozy, la France s'est dotée d'un site participatif.

Ce site, c'est WikiLF (LF pour "langue française"). Il est chargé de la traduction des termes étrangers. Le dernier mot pour lequel vous êtes invité à chercher un équivalent francophone est "social shopping" - qui fait allusion aux recommandations d'achats sur Internet . Idée trouvée par un internaute: "pansourçage". On décortique! En utilisant le préfixe grec "pan", ce terme donne l'idée d'un "jaillissement" collectif. Pas sûr que le néologisme passe à la postérité, mais tout le monde a son mot à dire et tant mieux.

Ca, c'est pour Internet. Le rapport évoque-t-il la télévision et la radio?

Clairement, de très nombreuses recommandations officielles sont inscrites dans le cahier de charge, tant pour France Télévisions que pour Radio France, qui sont des entités séparées contrairement à la RTBF en Belgique. A cela, il faut ajouter l'obligation de l'utilisation du français dans les messages publicitaires. Voilà pourquoi les messages commerciaux sont souvent sous-titrés ou traduits sur les chaînes françaises (mais pas en Belgique).

D’ailleurs, on peut regretter que le CSA belge francophone n'inscrive pas de manière plus ferme dans ses règles communes la qualité de la langue française. Il se contente d'exiger 20% de programmes d’expression originale francophone. Après tout, un organe aussi politique que le CSA aurait toute légitimité de défendre de manière aussi féroce que les français notre langue maternelle.

#médiaTIC @cedricgodart

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK