Maylis de Kerangal, fille de l'eau

Maylis de Kerangal
5 images
Maylis de Kerangal - © Tous droits réservés

'A ce stade de la nuit', une fiction entre méditation nocturne et art poétique, et un entretien sensible, pour entrer dans l'univers de Maylis de Kerangal.

'A ce stade de la nuit'

"[...] Lampedusa concentrant en lui seul la honte et la révolte, le chagrin, désignant désormais un état du monde, un tout autre récit."

 

La nuit du 3 octobre 2013, Maylis de Kerangal entend à la radio le nom de Lampedusa associé à un naufrage.

Elle s’empare de ce nom aux résonances multiples et plonge pour sonder chaque sillage que l’émotion creuse dans le dépôt de sa mémoire ébranlée.

 

Lampedusa fait d’abord resurgir le visage de Burt Lancaster – héros du Guépard de Visconti puis, comme par ressac, la fin de règne de l’aristocratie sicilienne en écho à ce drame méditerranéen: le énième naufrage d’un bateau de migrants.

 

Le récit est ponctué de rocs temporels (" A ce stade de la nuit ") où s’ancrer dans une cuisine quand tout le monde dort.

De Stromboli à Lampedusa, les îles deviennent l’épicentre du récit de Maylis De Kerangal qu’a initié une nouvelle tragique déversée par la radio. La radio est un acteur à part entière de cette pièce sonore faite d’alluvions de mémoires, sons, films, voix et nouvelles s’enchevêtrant dans le silence de la nuit.

 

Lecture et réalisation : Pascale Tison,
avec la complicité d’Eliana Stroobants,
pour Par Ouï-dire.

 

A ce stade de la nuit est publié aux Editions Gallimard, Collection Verticales.

Ecoutez...

__________________________________________________________________________________

 

Maylis de Kerangal, fille de l’eau

Elle est née près de la mer, a grandi au Havre et ses écrits s’en ressentent.

 

Fascinée par les îles et par le paysage, Maylis de Kerangal développe une des écritures les plus personnelles d’aujourd’hui, haletante et sophistiquée à la fois.

Son roman Réparer les vivants, couvert de prix, met au cœur du livre la question du transfert d’organes à la mort d’un jeune surfeur. L’interrogation pétrifiée que vont vivre ses parents dans la rencontre avec les médecins donne le rythme à une écriture en suspens.

 

Une rencontre avec Maylis de Kerangal à Passa Porta,
signée Pascale Tison
pour Par Ouï-dire

 

Réparer les vivants est paru aux Editions Gallimard, collection Verticales

 

 

 

 

"Car ce corps que la vie a éclaté a retrouvé son unité sous la main qui le lave, dans le souffle de la voix qui chante ; ce corps qui a subi quelque chose hors du commun rallie maintenant la mort commune, la compagnie des hommes. Il devient un sujet de louanges, on l’embellit."

 

Ecoutez...

 

__________________________________________________________________________________

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK