Marie-Martine Schyns sur le Pacte d'excellence: "Personne ne ferme la porte"

Les syndicats ont dit non au Pacte pour un enseignement d'excellence, ils l'accepteront uniquement si une série de conditions sont remplies. Le pacte est donc suspendu.

Malgré ce refus, Marie-Martine Schyns (cdH), ministre de l'Education en Fédération Wallonie-Bruxelles, tenait à rassurer ce jeudi matin sur La Première. "Avec un nouveau processus participatif comme celui-là, cela me paraît normal qu'à un moment donné, des inquiétudes s'expriment, explique la ministre même si ces inquiétudes arrivent alors que le processus est déjà bien avancé. C'est un processus continu qui va durer encore un certain temps [...] C'est également un processus nouveau".

Ces inquiétudes émanent de la base des syndicats, des pouvoirs organisateurs et des associations de parents. Pour Marie-Martine Schyns, le manque de précision dans le texte explique ces réticences, un manque de précision qu'elle défend comme étant un signe d'ouverture au débat avec les acteurs de terrain. "Nous sommes face à une feuille de route avec des orientations dont les modalités ne sont pas encore aujourd'hui définies précisément, et c'est normal. Si nous étions venus avec quelque chose de complètement fixé, on nous l'aurait reproché", répond la ministre.

Marie-Martine Schyns s'est également montrée compréhensive: "Les profs ne sont pas des râleurs, je comprends leurs inquiétudes". 

L'article complet est à retrouver sur RTBF INFO

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK