Mangeons de la viande, mais avec conscience

Vétérinaire et président de l'asbl Planète-Vie, Yvan Beck nous interroge sur notre consommation démesurée de viande produite de façon industrielle et sans respect pour l'animal.

Il est le concepteur du documentaire LoveMeatender, réalisé par Manu Coeman et primé aux Magritte, qui nous interpelle sur notre consommation aveugle de viande produite de façon industrielle. Un documentaire qu'il présente régulièrement dans les écoles et qui ne laisse jamais indifférent...

LoveMeatender fait partie d'une trilogie lancée d'après le 1er livre d'Yvan Beck, L'animal, l'homme, la vie - Retrouver le Sens (Ed.Les Eperonniers).

"Il n'y a pas le thérapeuthe, le maître et l'animal, il y a un tout. L'animal vit, se développe, aussi bien en bonheur qu'en pathologie, dans le cadre d'une série de relations qu'on peut même étendre au cosmos. Il n'est pas juste une forme qui bouge, un objet."

LoveMeatender a été un déclencheur de nouveaux comportements, beaucoup ont été touchés, dans le cadre d'une responsabilité individuelle et collective. Au niveau collectif, il est clair qu'il faut quitter un mode de production non extensible pour un autre. Au niveau individuel, beaucoup se sont engagés à manger moins, mieux et dans le respect, la décision de manger de la viande ou non appartenant à chacun.

LoveMeatender tourne beaucoup dans les écoles. Le public des enfants est d'emblée touché par cette thématique, constate Yvan Beck.

"On doit revenir au fond de ce que nous sommes nous-mêmes (...) C'est là où on redevient vraiment responsable de sa vie. Il faut vivre beaucoup plus en conscience, faire confiance à cette forme de sagesse intérieure et rattacher la vie autour de nous à ça et puis poser nos décisions. Les enfants sont beaucoup plus proches de ça que nous, ça c'est sûr."

"Je fais le pari de l'homme (...) je crois que l'aventure humaine est une ouverture de conscience. je crois que dans 20 ans, quand l'homme regardera ce qu'il a fait, il sera écoeuré. Il ne faut pas culpabiliser les gens, mais il faut leur apporter les éléments pour leur redonner un contact avec ces liens qu'ils ont perdu."

_______________

_______________

Pour aller plus loin :

Matthieu Ricard - Plaidoyer pour les animaux (Ed Allary)

Jonathan Safran Foer - Faut-il manger les animaux (Ed Points)

Boris Cyrulnik - Les animaux aussi ont des droits (Ed Seuil)

_______________

VIDEO - LoveMeatender, Comment la viande est-elle devenue si banale dans nos assiettes ? 
Un documentaire belge qui va à la rencontre des réalités qui se cachent sous notre steak. 

LoveMeatender - un documentaire choc

Nous mangeons plus de viande que les animaux ne peuvent en fournir. La Terre en paie le prix fort : animaux-machines, pollution, épuisement des sols, des forêts, réchauffement climatique. De l’obésité aux cancers : les conséquences sont lourdes pour la santé de l’homme également. Manger moins mais manger mieux !

LoveMeatender renouvelle notre regard sur la viande. Avec en fil rouge, le point de vue d’André Pochon, agriculteur breton retraité. On découvre avec lui comment au fil du temps le concept d’élevage industriel a mis en place une agriculture nuisible à l’équilibre de la planète, à notre santé et au bien-être animal.

Pour les auteurs de ce film (Yvan Beck et Manu Coeman) l’élevage s’est mondialisé et industrialisé de manière irresponsable. Les ressources nécessaires pour produire de la viande sont bien supérieures à ce qu’elle apporte comme valeur énergétique. Il est par ailleurs illusoire d’imaginer que l’on pourra nourrir avec de la viande les 8 à 9 milliards d’individus sur terre en 2050. Ce film a pour objectif de montrer les impacts de l'élevage industriel sur l'homme, l'animal et l'environnement (pollution par engrais chimiques et pesticides, effets de la monoculture, émissions de gaz à effets de serre liées à la déforestation, au méthane libéré par la digestion des bovins, consommation d'énergie pour la production et le transport, consommation d’eau … etc). L'approche de ces questions est globale, filmée dans le monde entier et nourrie par des intervenants internationaux.  

" En retirant l’animal au sol, en concentrant les unités de production, en modifiant son alimentation, nous avons créé un mode de production qui a généré un grand nombre de problèmes et de déséquilibres à l’échelle planétaire. Actuellement dans tous les secteurs que nous avons analysés, de l’environnement à la santé humaine ou au bien-être animal, les indicateurs sont dans le rouge ". Yvan Beck et Manu Coeman

Une Coproduction : AT-Production /RTBF

 

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK