Les voix intérieures de Terrence Malick

Terrence Malick
5 images
Terrence Malick - © Austin American-Statesman

Considéré par certains comme un cinéaste 'mystique', Terrence Malick est plus simplement (et depuis toujours … sa formation de philosophe aidant) en quête de spiritualité. 

Son cinéma, cinéma en mouvement, embrasse et malaxe l’espace et le temps avec une telle ferveur qu’il débouche sur des images et des plans d’une beauté époustouflante que tous leur reconnaissent.

Mais, loin d’être 'esthétisante' et sans sensationnalisme aucun, sa démarche se veut clairement métaphysique et spirituelle.  Comme le dit notre invité, Philippe Fraisse, " dans le cinéma de Terrence Malick, il y a plus que du cinéma " !     

Après ses deux premiers films, Badlands (1973) et Les Moissons du Ciel (1978), dans lesquels pointait déjà ce souci de filmer 'plus' que le scénario, Terrence Malick se retirera du monde du cinéma pendant 20 ans… 20 ans mis à profit pour se forger un style reconnaissable entre tous (et conforme à sa conception de l’art de la mise en scène) qui déboucheront sur la réalisation, coup sur coup, de trois chef-d ’œuvres :  La Ligne rouge (1998 – Ours d’Or / Berlin), Le Nouveau Monde (2005 – Palme d’Or / Cannes) et The Tree of Life (2011).

Après ces trois films inscrits dans un rapport à la nature… et à l’au-delà… suivront des films disons plus 'urbains', qui déconcerteront les plus fervents admirateurs de Terrence Malick (À la merveille, Knight of Cups et Song to Song) mais, comme l’explique Philippe Fraisse, ce sont des films avec lesquels le cinéaste poursuit sa quête spirituelle tout en cherchant à se réinventer… des films qui demande aussi une 'disponibilité' des spectateurs.   

Notre invité, Philippe Fraisse, est enseignant en philosophie, en cinéma, et collabore depuis 1999 à la revue Positif. Auteur de l’ouvrage Le Cinéma au bord du monde. Une approche de Stanley Kubrick (paru chez Gallimard, coll. " L'infini ", en 2010), Philippe Fraisse a publié également, aux éditions Rouge Profond, coll. Raccords, en 2015, Un jardin parmi les flammes. Le cinéma de Terrence Malick.

" Le texan Malick n'est ni un prédicateur ni un écologiste. Les images qu'il nous propose ne sont pas des tableaux édifiants. Jamais chez ce cinéaste ce qui est donné à voir ne relève du spectacle, posé devant nous comme artifice à consommer. Il cherche les images-états, les images-perceptions qui effacent la distance du sujet à l'objet afin d'ouvrir un espace qui n'est plus de contrôle ou de représentation mais de présence. "

(P. Fraisse)

'Les voix intérieures de Terrence Malick', une série vidéo Décadrages

___________________________________________

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK