"Les rêveurs", une enfance dans les années 70

"Les rêveurs", une enfance dans les années 70
2 images
"Les rêveurs", une enfance dans les années 70 - © Tous droits réservés

Isabelle Carré ouvre son livre avec cette phrase d'Aragon : "Le roman, c'est la clé des chambres interdites de notre maison". Suivons d'abord la narratrice dans la chambre de la mère. Jeune fille de bonne famille, elle vit dans un château, mais c'est en pension qu'elle va à l'école.

Pendant les vacances, elle participe à des rallyes, ces soirées où les filles reçoivent en robe de soirée, "avec piste de danse et buffet digne d'un mariage".

La garantie d'une bonne rencontre.

Quatrième de couverture

 

Quand l'enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l'époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d'une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d'écriture.

 

 

Les références

Les rêveurs " d’Isabelle carré, le roman coup de cœur de Pierre Bodson de La Librairie Le Temps de Lire à Libramont.

 

Lire un extrait

 

L'avis

C'est un livre lumineux. On a envie de relire certaines phrases à haute voix

 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK