Les philosophes sont-ils tous des grincheux déprimés ?

'L'École d'Athènes' par Raffaello Sanzio da Urbino
'L'École d'Athènes' par Raffaello Sanzio da Urbino - © Wikimedia Commons

Pour le philosophe Matthieu Peltier, le réel a des raisons de nous enchanter. Il nous parle donc d’enchantement philosophique.

Il y a une question qui est centrale en philosophie et qui est obsédante. Une question posée par le philosophe Leibnitz, qui ne sera jamais résolue, qui est un réservoir d’étonnement inépuisable, qui est la fondation même de la métaphysique :

Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?
 

La question peut sembler absurde, dénuée de sens. Toutefois, l’enchantement de ce questionnement réside dans le fait que, même si le réel nous semble froid, indifférent, réductible à du calcul, aveugle, non habité d’intentions, même si nous pouvons douter du sens de la vie, de la vie après la mort, douter même de toute forme de transcendance, il n’en reste pas moins que rien n’explique qu’il y ait quelque chose plutôt que rien. Rien n’explique le fait que toute cette réalité physique, chimique et cosmique que constitue l’univers, avec ses lois et ses équilibres, existe.

Pourquoi tout ceci ? Pourquoi, un jour, de l’espace, de la matière, de l’énergie, tout ce qui constitue notre réalité ?

La science peut nous expliquer beaucoup de choses, mais elle est incapable de répondre à cette question : pourquoi a-t-il fallu que quelque chose apparaisse un jour ?

Cette question est pour Matthieu Peltier un enchantement.

"C’est la question la plus centrale qui soit et le fait qu’aucune science, aucune théorie ne parvienne à se l’accaparer, fait qu’au centre de nos existences et de l’existence du monde, demeure un énorme mystère. Et le mystère, c’est enchantant, parce que ça nous confronte à l’incommensurable, à ce qui nous dépasse complètement. Cette question est mille fois plus enchanteresse que tous les pseudo-phénomènes surnaturels, parce que cette question est un mystère qui constitue le centre du réel et ne cesse de générer l’étonnement des philosophes depuis des siècles."
 

"L’étonnement est ce qui pousse les hommes à philosopher", disait Aristote

L’étonnement, c’est ce qui remet continuellement la réflexion en mouvement et l’intérêt même pour le réel. Rainer Maria Rilke disait quant à lui : "Pour connaître les réponses, il faut vivre les questions".

Or la question de l’être - pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? - a cet avantage incroyable qu’on peut la vivre toute une vie, elle reste inépuisable.

Aucune question n’est donc plus enchanteresse et ne nous rend plus philosophiquement vivant, c’est pourquoi Matthieu Peltier ne va pas y répondre. Il nous invite juste à la vivre.

Ecoutez ici la séquence 'La philo selon Matthieu'

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK