"Les oubliés du dimanche", un roman sur la vie, les souvenirs et les secrets de famille

"Les oubliés du dimanche", un roman sur la vie, les souvenirs et les secrets de famille
"Les oubliés du dimanche", un roman sur la vie, les souvenirs et les secrets de famille - © Tous droits réservés

Valérie Perrin, l'auteure n'en est pas à son coup d'essai. Dans un précédent roman, elle se penchait sur les habitants du cimetière; dans Les oubliés du dimanche, elle se tourne à présent vers les personnes en maison de repos.

Les oubliés du dimanche, c'est donc l'histoire d'une jeune aide soignante de la maison de repos Les Hortensias, en Bourgogne. Justine, 21 ans, s'est pris de passion pour ses personnes âgées, en particulier d'Hélène, 93 ans, qui lui raconte à chaque visite de Justine, sa vie, sa rencontre avec Lucien, le petit café qu'ils ont tenu à deux et tout ce qui s'est produit pendant la guerre, dans ce café notamment.

Se remémorer la vie... pour connaître la suite

Justine prend des notes dans un petit carnet, et à chaque visite, elle lui remémore ce qu'elle lui a raconté précédemment, pour qu'elle puisse lui raconter la suite. Finalement, tous ces pensionnaires racontent LA vie, avec tout ce que cela peut comporter comme secrets. Et il se fait que Justine a un secret de famille, elle est un peu intriguée et aimerait connaitre la vérité.

Justine vit en effet avec ses grands-parents et son cousin, depuis l'âge de 4 ans. Ses parents sont décédés mais rien n'est dit par rapport à cet accident. Pour les grands parents, au moins on en parle, au mieux c'est. Et au final, le fait de parler avec toutes ces personnages âgées qui lui racontent leur vie, lui donne envie de savoir ce que cache sa vie à elle.

Un corbeau annonciateur de mauvaises nouvelles

Le home, c'est une grande famille. Et il y a un corbeau dans ce livre qui ajoute un peu d'intrigue. Le titre veut dire ce qu'il veut dire : le dimanche, c'est normalement le jour de visite des familles, mais certains pensionnaires n'ont jamais de visite de personne, pas même le dimanche. Le corbeau appelle donc les familles en leur disant que leur proche est mort, dans le seul but de les faire venir jusqu'à la maison de repos.

"L'histoire est très touchante, et l'auteure arrive à mettre quelques passages très drôles malgré l'histoire un peu difficile", reconnait Eva Delbeke de la librairie Le p'tit prince, à Nivelles.

 Le conseil lecture de Eva Delbeke de la librairie Le p'tit prince, à Nivelles: Valérie Perrin, "Les oubliés du dimanche", Poche, 416 p., 7,90€ 

 

Le 4e de couverture

Justine, vingt et un ans, vit chez ses grands-parents avec son cousin Jules depuis la mort de leurs parents respectifs dans un accident. Justine est aide-soignante aux Hortensias, une maison de retraite, et aime par-dessus tout les personnes âgées. Notamment Hélène, centenaire, qui a toujours rêvé d'apprendre à lire. Les deux femmes se lient d’amitié, s'écoutent, se révèlent l'une à l'autre. Grâce à la résidente, Justine va peu à peu affronter les secrets de sa propre histoire. Un jour, un mystérieux " corbeau " sème le trouble dans la maison de retraite et fait une terrible révélation.
À la fois drôle et mélancolique, un roman d'amours passées, présentes, inavouées... éblouissantes.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK