Les orangistes belges contre les révolutions de 1830

Les orangistes belges contre les révolutions de 1830
Les orangistes belges contre les révolutions de 1830 - ©

Nous sommes au lendemain de la révolution de 1830. La Belgique est indépendante. Le Royaume-Uni des Pays-Bas n’est plus.

Les gouverneurs qui en dépendaient mais aussi les bourgmestres, magistrats, fonctionnaires, enseignants, journalistes, acteurs scientifiques et culturels sont mis de côté. La tempête révolutionnaire fait le grand nettoyage, par la violence si besoin est. Il faut faire place aux partisans du renouveau.

Comment ont été traités les fidèles soutiens du roi Guillaume Ier d’Orange-Nassau ? Qui composait cette élite qui, tout au long des années trente et au-delà, va œuvrer secrètement pour le rétablissement du monarque ?

Remontons aux origines de cet "orangisme" belge qui s’est opposé à la révolution.

Invitée : Els Witte de l’Académie royale flamande de Belgique.

" Le royaume perdu, les orangistes contre la révolution " paru aux éditions Samsa.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK