"Les mille talents d'Euridice Gusmao" : un livre de résistance féminine

"Les mille talents d'Euridice Gusmao" : un livre de résistance féminine
"Les mille talents d'Euridice Gusmao" : un livre de résistance féminine - © Tous droits réservés

"Les mille talents d'Euridice Gusmao" nous fait voyager dans la vie d'une femme née au Brésil, à une époque où le destin des femmes était tout tracé : rester au foyer pour faire à manger et s'occuper des enfants. Mais Euridice en avait décidé autrement...

On suit donc la vie d'Euridice Gusmao, du début à la presque fin, puisqu'on ne parle de sa mort. On la suit particulièrement à partir du moment où elle se marie. Comme toutes les femmes brésiliennes nées dans les années 40', elle se marie dans les années 60', avec un chouette mari, ni pire ni meilleur qu'un autre. Un homme qui l'aime, ce qui est déjà pas mal!

Le seul souci, c'est que le destin d'Euridice va être de rester au foyer et de faire des enfants. Comme toutes les femmes à cette époque. Et ça ne  correspond pas à Euridice, qui a plein de choses en elle. Elle a envie de les faire fructifier, et elle va résister tout au long de sa vie.

Grossir pour ne pas se reproduire

La résistance de l'héroïne est donc très originale et pleine de fantaisie. Après ses deux enfants, elle se dit qu'elle aimerait bien ne pas en avoir dix. Elle commence donc à manger de façon à grossir, pour que son mari n'ait plus envie de l'approcher. Une manière très naturelle d'y arriver, au final. Après être arrivée à ses fins, elle va remanger normalement et perd tout le poids qu'elle a pris.

Ensuite, elle tente plein de choses qui la mettent en opposition avec son destin de femme. Par exemple, à force de coudre pour elle, pour ses enfants et pour le voisinage, elle lance progressivement sa "maison de couture". Son mari est révolté, prétextant qu'il ramène suffisamment d'argent au foyer et qu'elle devrait se contenter de faire la cuisine.

Une femme indomptable

Rappelons qu'on est à Rio de Janeiro dans les années 60, le destin des femmes est alors tout tracé... et bien machiste. Elle va devoir mettre fin à ses activités car elle est mariée et qu'on est dans une époque assez autoritaire à ce niveau. Mais elle est si indomptable qu'elle trouve de nouvelles idées. Elle a une énergie vitale en elle qu'elle doit utiliser absolument. 

"Lire "Les 1000 talents d'Euridice Gusmao, c'est se retrouver avec une pêche du tonnerre à la fin du livre", conclut Simona Arend, de la librairie Baobab à Braine L'Alleud.

 Le conseil lecture de Simona Arend, de la librairie Baobab à Braine L'Alleud : Les 1000 talents d'Euridice Gusmao, de Martha Bathala, Ed. Poche, 256 p., 7,30 €

Le 4e de couverture

L'histoire d'Euridice Gusmao, ça pourrait être la vôtre, ou la mienne. Celle de toutes les femmes à qui on explique qu'elles ne doivent pas trop penser. Et qui choisissent de faire autrement. 
"Responsable de l'augmentation de 100 % du noyau familial en moins de deux ans, Euridice décida de se désinvestir de l'aspect physique de ses devoirs matrimoniaux. Comme il était impossible de faire entendre raison à Antenor, elle se fit comprendre par les kilos qu'elle accumula. C'est vrai, les kilos parlent, les kilos crient, et exigent - Ne me touche plus jamais. Euridice faisait durer le café du matin jusqu'au petit déjeuner de dix heures, le déjeuner jusqu'au goûter de quatre heures, et le dîner jusqu'au souper de neuf heures. Euridice gagna trois mentons. Constatant qu'elle avait atteint la ligne, cette ligne à partir de laquelle son mari ne s'approcherait plus d'elle, elle adopta à nouveau un rythme alimentaire sain".
 

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK