Lettres d'amour de Dominique Rolin à Philippe Sollers

Dominique Rolin
Dominique Rolin - © Sonuma

De belles lettres d’amour pour bien entamer l’année. Celles de l’écrivaine belge Dominique Rolin, décédée en 2012. Jean-Luc Outers les a compilées dans le livre 'Lettres à Philippe Sollers 1958-1980' (Gallimard).

Jean-Luc Outers a rassemblé 248 lettres parmi cette correspondance entre Dominique Rolin et Philippe Sollers, qui compte environ 5000 lettres, écrites par l'un et par l'autre durant 50 ans. "C'est quelque chose qui est unique et qui va sans doute disparaître parce qu'aujourd'hui, on n'écrit plus vraiment des lettres d'amour sur du papier avec de l'encre bleue ou noire. On a nos ordinateurs et on est beaucoup plus bref. Et donc je crois que ça restera comme un grand témoignage d'une histoire unique, d'une histoire d'amour merveilleuse."


Une femme d'exception

Une grande amitié liait Dominique Rolin à Jean-Luc Outers. Elle était pour lui une personne qui lui faisait du bien. Elle lui parlait peu de sa relation avec Sollers parce qu'il s'agissait d'une relation totalement clandestine. Elle le citait d'ailleurs dans ses romans sous le nom de Jim. Et quand elle en parlait, elle disait tout simplement 'il'.

La lecture des lettres, ainsi que du journal de Dominique Rolin a totalement bouleversé Jean-Luc Outers car il a découvert des aspects inattendus chez cette femme d'exception qu'il croyait bien connaître.

Elle lui apparaissait jusqu'alors comme une femme heureuse, épanouie, forte, embrassant la vie, en quête perpétuelle du bonheur.

Il a découvert qu'elle a connu des épisodes de grande souffrance, en particulier lorsque Philippe Sollers a rencontré Julia Kristeva, qu'il épousa 7 ans après sa rencontre avec Dominique Rolin. Elle écrit : "Peut-on vraiment aimer sans souffrir ?" 


Une relation atypique 

Lorsqu'ils se rencontrent en 1958 dans une réception, Dominique Rolin a 45 ans, Philippe Sollers 22. Ces 23 ans d'écart sont une exception à l'époque et ils scelleront entre eux le pacte de la clandestinité. Ils ne se montreront jamais ensemble. Ils organiseront leurs rencontres de manière rituelle. Il viendra chez elle deux fois par semaine et ils feront deux séjours par an à Venise. Sollers dit d'ailleurs : "L'amour ne peut être que clandestin". C'est peut-être en effet cette distance, ce secret qui ont fait durer cette relation pendant 50 ans.

Une relation atypique par l'écriture aussi. C'est un binôme amour-écriture. "Nous nous aimécrivons, nous nous écrivaimons", dit-elle. Ils échangent énormément sur leur travail.

Elle écrit : "Je sais que nous ne nous quitterons pas mais je sais aussi que je mourrai toute seule". Lorsque Sollers épouse Julia Kristeva, elle passe du statut de 'presque épouse' à celui de maîtresse.


Je suis un astre qui tourne autour de Sollers


Qu'est-ce qu'aimer ? Ces lettres tentent d'apporter une réponse aux sceptiques de l'amour. On a affaire à un amour absolu, presque mystique, religieux, de la part de Dominique Rolin en tout cas. Il y a quelque chose de l'ordre de la foi. Elle s'est d'ailleurs fait baptiser tardivement, avec comme parrain Philippe Sollers.

"Quand on voit le niveau de cet amour, cela nous renvoie à nous-mêmes, à notre façon d'aimer : est-ce que moi, j'ai vraiment aimé ?", observe Jean-Luc Outers.

Philippe Sollers était amoureux aussi, mais il était un libertin et Dominique Rolin a donc dû composer avec tout cela, tracer sa voie dans ce chaos amoureux qu'était la vie de Philippe Sollers.

Cette correspondance s'est arrêtée en 2008 lorsque, atteinte de la maladie d'Alzheimer, elle a peu à peu cessé d'écrire.

 

Ecoutez Jean-Luc Outers ici, en dernière partie de Dans quel Monde on vit ?, à partir de 40'.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK