Les Éclaireurs - Jardins Chimiques, Agritourisme et Antilope...

LES ECLAIREURS
11 images
LES ECLAIREURS - © Tous droits réservés

Fabienne Vande Meerssche reçoit dans les Éclaireurs : Anne De Wit, Professeur ordinaire et directrice de l’Unité de Chimie Physique Non Linéaire de l’ULB, Charline Dubois, géographe et Docteur en Sciences de l'Université de Liège et Valery Broun, responsable du service Electronique de la Haute Ecole de la Province de Liège, département ingénieur.

Anne De Wit

Anne De Wit est Professeur ordinaire à l’ULB et Présidente du Département de Chimie. Elle dirige l’Unité de Chimie Physique non Linéaire qui comprend une quinzaine de chercheurs. L’objectif de ses recherches est de comprendre les propriétés des systèmes réactifs dans des écoulements par des approches expérimentales et théoriques combinées.

D’une part, Anne De Wit analyse dans quelle mesure un écoulement de fluide peut modifier l’efficacité d’une réaction chimique. Ainsi, on peut se demander si une réaction chimique donnée aura un meilleur rendement si la solution réactive est au repos ou si cette solution coule dans un tube.

Inversement, Anne De Wit tente de contrôler des mouvements de fluide grâce à des réactions : peut-on arrêter un écoulement grâce à une réaction chimique qui y induirait un changement brusque de densité ou de viscosité ?  Ces thématiques générales du couplage entre chimie et hydrodynamique ont des applications diverses en ingénierie chimique et en environnement.

Au niveau de l’ingénierie, Anne De Wit tente de produire des nouveaux matériaux solides par des réactions de précipitation se déroulant non pas dans un réacteur au repos mais bien dans des solutions injectées l’une dans l’autre. Le mouvement de fluide a une influence sur le rendement de la réaction et sur le type de produit synthétisé.

Dans le cas des applications environnementales, Anne De Wit essaye de comprendre comment des réactions chimiques pourraient optimiser des processus de récupération du pétrole ou la séquestration de CO2 dans les sous-sols par exemple. 

Avec le Laboratoire de Glaciologie et le Service de Physique Statistique,  l’unité de Chimie Physique non linéaire a notamment participé au projet CONVINCE qui visait à estimer la quantité de CO2 que les banquises pourraient absorber et contribuer ainsi aux prédictions relatives à notre avenir climatique.   

Après un doctorat en Sciences chimiques à l’ULB consacré à la modélisation de systèmes réactifs hors d’équilibre, Anne De Wit est partie un an en postdoctorat à l’Université de Stanford en Californie dans le département d’ingénierie chimique. Elle y a appris à modéliser le transport de composés chimiques dans les milieux poreux. De retour à l’ULB, elle a travaillé cinq ans sur des contrats de recherche divers avant d’obtenir un poste permanent au FNRS, après quoi elle a donc rejoint le corps professoral de l’ULB.

Charline Dubois

Charline DUBOIS est géographe et Docteur en Sciences de l’Université de Liège,  elle est actuellement collaboratrice scientifique du département de géographie où ses recherches portent sur le tourisme rural, la familiarité spatiale, le développement rural durable.

Sa thèse de doctorat, soutenue par le Fond National de la Recherche du Luxembourg l’a menée à analyser l’agritourisme dans les campagnes périurbaines de Wallonie et du Grand-Duché de Luxembourg.

Lors de ses recherches, elle a rencontré des acteurs de différents domaines et échelles d’action en Wallonie et à l’étranger. Elle a élaboré une méthodologie originale de collecte de données. Celles-ci ont ensuite fait l’objet d’analyses statistiques à la fois qualitatives et quantitatives. Sa thèse a débouché sur l’élaboration de cartographies et d’un outil réflexif et pratique à destination des divers acteurs impliqués dans l’agritourisme wallon et luxembourgeois.

Ses résultats des recherches ont été présentés lors de plusieurs conférences internationales (notamment à la Commission on the Sustainability of Rural Systems (CSRS) de l’Union Géographique Internationale), ont été publiés ou ont fait l’objet d’une vulgarisation à destination du grand public.

En parallèle, en tant qu’assistante au Laboratoire d’analyse des lieux, des paysages et des campagnes européennes de l’ULiège (Unité SPHERE), elle a participé à la soumission de plusieurs projets de recherche nationaux et européens. Charline Dubois a collaboré à l’organisation logistique et scientifique de colloques internationaux et de travaux de terrain en Belgique et à l’étranger (France, Roumanie, Slovénie, Irlande).

Charline Dubois a participé à l'accueil de chercheurs provenant du Cameroun, du Guatemala, d'Algérie et des Philippines et à leur accompagnement dans la recherche scientifique.

Charline Dubois est actuellement en recherche d’emploi. Comme indiqué lors de l’émission :  " Tout est possible ! "

Valery Broun

Valery Broun, ingénieur industriel et ingénieur civil en électronique de formation, est responsable du service Electronique de la Haute Ecole de la Province de Liège, département ingénieur. Il est aussi promoteur de plusieurs projets au CECOTEPE, le centre de recherche associé à la HEPL.

Parmi ces projets, citons :  

Le projet Deamon est un projet FIRST Haute Ecole subsidié par la Région Wallonne, en collaboration avec l’Université de Liège et Safran Aero Booster. L’objet de la recherche consiste à développer un système d’amortissement de vibrations mécaniques pour différents types de structures.  Cet amortisseur a pour particularité d’être adapté aux structures légères et d’être entièrement digital et adaptatif.  Les résultats obtenus en février 2018 sont encourageants.

Le projet OUFTI-1 et OUFTI-2 : Le projet OUFTI-1 a été initié par l’Université de Liège et la HEPL. OUFTI-1 est un CubeSat, c'est-à-dire un nanosatellite développé à Liège, qui a été mis en orbite par une fusée Soyouz en avril 2016. 

Ce satellite avait pour vocation de tester un nouveau système de communication numérique. Après 2 semaines d’activité, le satellite a cessé de fonctionner et une version entièrement revue, OUFTI-2, est en cours de développement. Le re-design de ce satellite a permis d’adjoindre deux expériences supplémentaires : une  expérience de mesure d’efficacité de blindage par rapport aux radiations dans l’espace et une plate-forme inertielle développée par le collège Saint-Pierre de Jette. Le prototype est prévu pour l’été 2018.

Le projet Antilope est développé par La HEPL pour l'Institut scientifique de service public (ISSeP). Il s’agit d’un module portable de mesure de la qualité de l’air. Ce module a pour vocation d’être porté par un piéton ou un cycliste et mesurera en temps réel les différents polluants (NO, NO2, O3, particule fines…) présents dans l’air environnant. Le but est de créer une carte des concentrations en polluants dans la région liégeoise. Le premier prototype est fonctionnel et une version améliorée est en cours de développement.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK