Les Éclaireurs (Rediffusion) : Requins des grandes profondeurs, Immunologie & Lumière vivante

Ce samedi, dans Les Eclaireurs, est rediffusée l'émission du 20 octobre 2018 dans laquelle Fabienne Vande Meerssche (@FVandeMeerssche) recevaitMuriel Blondeau, narratrice visuelle, doctorante en Art et Sciences de l’Art à l’UCLouvain en partenariat avec ARTS2, Laurent Duchatelet, zoophysiologiste, doctorant au Laboratoire de Biologie Marine du Earth and Life Institute de l’UCLouvain et Thomas Marichal, chercheur qualifié du FNRS et investigateur Welbio au GIGA de l’Université de Liège.    

Rediffusion le samedi 9 mars à 13h10 

Rediffusion le dimanche 10 mars à 23h10

Muriel Blondeau

Muriel Blondeau , de son nom de plume Mu, est narratrice visuelle. Titulaire d’un Master en Arts plastiques, visuels et de l’espace, de ARTS2, elle explore différentes formes de narrations : bande dessinée, illustration, dessin animé, livre-objet,…

Ses explorations la mènent vers des récits graphiques à la poésie doux-dingue ". Métamorphoses, enchevêtrements, bestiaires réinventés, ses dessins courtisent le cadavre exquis et l’hagiographie revisitée. Plus particulièrement, la mer - théâtre d’écume, de sel et de vents – revient de manière récurrente dans ses mythologies personnelles.

Actuellement doctorante en Art et Sciences de l’Art à l’UCLouvain en partenariat avec ARTS elle questionne les possibilités de mettre en scène récits et dessins à partir d’organismes marins bioluminescents vivants.

Tel un bestiaire sublimé, une enluminure dont la vie miniature devient l’expérience principale du récit, les micro-organismes révèlent le dessin qu’ils forment en exprimant leur bioluminescence directement sur le papier. Cette expression se déroule sur plusieurs jours et est rendue possible par le protocole mis au point  au laboratoire de biologie marine de l’UCLouvain.

Muriel Blondeau mène cette recherche doctorale sous la direction du Professeur  Jérôme Mallefet (Biologie marine, promoteur); du Professeur  Thorsten Baensch (Livres d’Artistes, co-promoteur) ; du Professeur Bernard Feltz (Philosophie des Sciences de la Vie), et du Professeur Pol Authom (Gravure).

Muriel Blondeau enseigne également les Arts plastiques aux futurs bacheliers des formations pédagogiques de la Haute Ecole en Hainaut (HEH).

Pour visualiser les différents aspects de son travail, cliquez ICI: www.muriel-blondeau.com

17 images
PETITE VIE - Illustration by MU © Muriel Blondeau
NUIT - Illustration by MU © Muriel Blondeau
STELLA MARIS - Illustration by MU © Muriel Blondeau
17 images
JE VIS JE MEURS - Illustration by MU © Muriel Blondeau
L’HOMME-POISSON - Illustration by MU © JE VIS JE MEURS
JE VEUX JE VEUX! - Illustration by MU © Muriel Blondeau

La dernière publication de Muriel Blondeau : " enchantements sur documents ".

Laurent Duchatelet

Laurent Duchatelet est un "zoophysiologiste". Doctorant à l’Université catholique de Louvain (UCLouvain), sous financement FRIA – FNRS, il travaille au Earth and Life Institute (ELI) dans le Laboratoire de Biologie Marine (BMAR). Son projet de thèse vise à la compréhension du contrôle de l’émission lumineuse via la perception extraoculaire chez deux espèces de requins bioluminescents de grande profondeur.

17 images
Exemple d’organismes lumineux (Ophiures, méduses, requins, poissons, vers marins) étudiés au laboratoire de biologie marine (BMAR) de l’Université catholique de Louvain. © Tous droits réservés

Les recherches de Laurent Duchatelet se rapportent à des questions de biologie fondamentale relative à deux thèmes particuliers : la bioluminescence (photoémission) et la perception lumineuse (photoperception). Il tente de déterminer l’implication de cette perception lumineuse dans le contrôle de l’émission lumineuse chez une famille de requins lanternes, les Etmopteridae. L’émission, par la partie ventrale du corps, d’une lumière bleu/vert chez ces espèces de requins leur permet de se camoufler de prédateurs nageant en dessous d’eux (principe de contre-illumination). Pour que ce camouflage soit efficace, la lumière émise doit être finement régulée afin de correspondre exactement à la lumière résiduelle provenant de la surface. Par ces travaux, Laurent Duchatelet tente de déchiffrer le contrôle de cette bioluminescence, au niveau tissulaire et cellulaire, pour expliquer une fonction biologique et écologique.

17 images
Etmopterus spinax: Individu de l'espèce de requin lanterne utilisé comme espèce modèle pour l'étude de la bioluminescence chez les requins. Cette espèce de requin lumineux mesure entre 24 et 41 cm à l’âge adulte © Tous droits réservés
17 images
Etmopterus spinax: Photographie de la bioluminescence ventrale de ce requin lanterne. Pour les besoins de la photographie, le requin a été totalement placé dans le noir. Dans la nature ce requin, vivant entre 70 et 250 m de profondeur dans les Fjords norv © Tous droits réservés

Outre ses travaux doctoraux intitulés " Photoréception extra oculaire et bioluminescence chez deux espèces de requins bioluminescents, Etmopterus spinax et Squaliolus aliae ", Laurent Duchatelet travaille sur différents aspects de la biologie des requins lumineux tels que la diversité, la reconnaissance intra-spécifique, la défense contre les prédateurs, ou encore la stratégie de reproduction. Il a encadré et encadre différents travaux de fin d’études se rapportant à divers organismes lumineux tel que des vers marins, des poissons, etc. L'expertise de Laurent Duchatelet, titulaire d’un Master en Biologie des Organismes et Ecologie obtenu à l'UCLouvain, porte notamment sur l'utilisation de méthodes moléculaires et pharmacologiques.

Thomas Marichal

Thomas Marichal est Docteur en Médecine Vétérinaire. Après son diplôme obtenu à l’Université de Liège en 2007, il a débuté une thèse de doctorat en tant que boursier F.R.S.-FNRS dans le Laboratoire d'Immunologie Cellulaire et Moléculaire (LCMI) de l'Institut GIGA sous la supervision du Professeur Fabrice Bureau. Son travail de doctorat a conduit à la découverte des mécanismes d'action des adjuvants à base d'aluminium, les adjuvants les plus largement utilisés dans la vaccination humaine et animale.

En 2011, grâce à une bourse postdoctorale Marie Curie, Thomas Marichal rejoint l'équipe du Professeur Stephen Galli à l'Université de Stanford en Californie, où ses collègues et lui-même découvrent que les immunoglobulines de type E, connues pour leurs rôles délétères dans les réactions allergiques, peuvent être bénéfiques dans le contexte de la protection contre les venins d'abeilles et de serpents.

De retour à l'Université de Liège en 2015 (LCMIGIGA) en tant que boursier postdoctoral du F.R.S.-FNRS, il reçoit le prix Acteria Early Career Research en Allergologie décerné par la Fédération Européenne des Sociétés d'Immunologie. Un an plus tard, il devient chercheur qualifié du F.R.S.-FNRS et a récemment obtenu deux prestigieux financements de recherche du Welbio (Région Wallonne) et du Conseil européen de la Recherche (ERC).

Au cours des dernières années, le laboratoire de Thomas Marichal se concentre principalement sur le rôle des cellules myéloïdes (macrophages, neutrophiles) et structurales (cellules épithéliales) dans la régulation de l'homéostasie des muqueuses et des maladies à médiation immunitaire, telles que l'asthme allergique ou les maladies inflammatoires de l'intestin. Ces recherches permettront de mieux comprendre comment ces maladies se déclenchent et évoluent au cours du temps, afin d'ouvrir la voie à de nouvelles approches prophylactiques ou thérapeutiques ciblées et personnalisées.

17 images
. © Tous droits réservés

Une cellule en train d'expulser son propre ADN (en vert) sous forme de filaments appelés "NETs", pour "Neutrophil extracellular trap".

17 images
. © Tous droits réservés
Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK