Les Éclaireurs : Images religieuses, Autocratisation et Aurores de Jupiter

Ce samedi  Fabienne Vande Meerssche (@fvandemeerssche) recevra dans Les Eclaireurs (#LesEclaireursRTBF) trois nouveaux Chercheurs Qualifiés FNRS:

Bertrand Bonfond, astrophysicien ULiège, membre de l’équipe scientifique de la mission Juno de la NASA ; Ingrid Falque, docteure en Histoire de l’Art et Archéologie UCL, spécialiste du rôle et des significations des images dévotionnelles à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne; Luca Tomini, docteur en sciences sociales et politiques Institut d’Etudes Européennes et Cevipol ULB, spécialiste des processus de démocratisation et d’autocratisation.


Direct : samedi 1 décembre 2018 – 13h10’
REDIFFUSION : dimanche 2 décembre 2018 – 23h10’

Bertrand Bonfond

 

Bertrand Bonfond, astrophysicien à l’ULiège, a une formation d’ingénieur civil physicien, spécialisé en techniques spatiales. Après un DEA en sciences spatiales, et son doctorat en 2009 au Laboratoire de Physique Atmosphérique et Planétaire (LPAP de l’Uliège), Bertrand entame un parcours international qui le mène d’abord à la UCLA (Université de Californie à Los Angeles) dans le laboratoire de Margaret Kivelson, spécialiste de l’étude des magnétosphères et découvreure des océans d’Europe, l’une des lunes de Jupiter.

Bertrand fait ensuite un séjour post doctoral au Southwest Research Institute à Boulder (Colorado). Cet immense centre de recherche – privé mais financé pour l’essentiel par des agences publiques, comme la NASA, est le maître d’œuvre de la sonde Juno en orbite autour de Jupiter depuis 2016. 

Bertrand est membre de l’équipe scientifique de la mission Juno de la NASA ; il s’intéresse aux aurores de Jupiter, et en particulier aux mouvements de ces aurores  et leurs formes grâce à des représentations en 3D.

Les aurores de Jupiter sont des émissions lumineuses autour des pôles de Jupiter, qui racontent  l’activité dans la  magnétosphère ; elles montrent également que la lune Io, l’objet le plus volcanique du système solaire, est le maître de la magnétosphère de Jupiter.

 

8 images
llustration de l’aurore de Jupiter et de l’empreinte d’Io sur la planète telle que vue par le Télescope Spatial Hubble. L’insert à droite montre les détails révélés par la caméra italienne JIRAM à bord de la sonde Juno (NASA). © Crédits : A. Mura-JIRAM/IAPS/NASA

Son mandat de " Chercheur Qualifié FNRS " va permettre à Bertrand Bonfond et à son équipe de l’Unité de Recherche STAR de l’ULiège d’analyser avec des techniques actuelles les très nombreuses données récoltées grâce à Hubble et Juno. Il prévoit aussi de croiser les données recueillies par UVS à bord de Juno avec celles recueillies par les autres instruments de  la sonde.

Outre ses recherches, Bertrand Bonfond participe régulièrement aux activités de sensibilisation telles que le Printemps des Sciences ou encore les conférences à la Société Astronomique de Liège. Il y assistait déjà dès son enfance, dans les locaux de l’observatoire de Cointe, se promettant qu’un jour, il serait astronome ou astrophysicien.

Ingrid Falque

 

Ingrid Falque, historienne de l’art à l’UCLouvain, est, depuis octobre 2018, " Chercheure Qualifiée FNRS ". Elle poursuit ses recherches au GEMCA (Groupe d’analyse culturelle de la première modernité). Ses travaux portent sur les relations entre images et pratiques religieuses à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. 

Après des études en Histoire de l’art et Archéologie, Ingrid obtient un mandat d’aspirante FNRS à l’ULiège. Sa thèse de doctorat est consacrée aux portraits dévotionnels – les effigies de personnes agenouillées en prière, aussi connues sous le nom de " portraits de donateurs " – dans la peinture flamande des XVe et XVIe siècles. Elle étudie cette production picturale (plus de 750 œuvres) en étroite relation avec un ensemble de textes spirituels et mystiques contemporains. Objectif : démontrer que bon nombre de ces tableaux peuvent être interprétées comme des " mises en image ", des visualisations de la progression spirituelle des personnes portraiturées.

8 images
Virgin and Child Enthroned, with Saints Jerome and John the Baptist and a Carthusian Monk, Jan Provoost (attributed to), c. 1510 © @libre de droit

En 2011, soucieuse d’élargir ses compétences dans d’autres disciplines que l’histoire de l’art et d’approfondir la question de la relation entre textes et images dans le domaine de la spiritualité, elle obtient un mandat post-doctoral des Actions Marie Curie et se rend, pendant deux ans, à l’ Université de Leiden, aux Pays-Bas. Elle y rejoint une équipe de spécialistes de la littérature allemande et néerlandaise médiévale qui travaillent sur la " mystique rhéno-flamande ". Elle y développe une recherche sur la théorie de l’image de l’un des grands représentants de cette tradition, à savoir Henri Suso (1295-1366). Ce moine dominicain est l’auteur d’un recueil de textes mystiques allemands accompagnés d’un cycle de dessins probablement conçu par lui-même. Dans ce texte et ces images, Suso développe un discours complexe sur le rôle des images dans l’expérience mystique.

De retour en Belgique, elle rejoint le GEMCA à l’UCLouvain pour poursuivre ses recherches sur la postérité du discours sur les images d’Henri Suso durant la première modernité, dans le cadre d’un post-doctorat Marie Curie COFUND entre 2013 et 2015. A la fin de son mandat, elle rejoint le centre de recherche PRAME (Pratiques médiévales de l’écrit) à l’UNamur, où elle mène pendant deux ans une recherche sur le rôle joué par les images dans le processus de réforme spirituelle dans l’abbaye bénédictine de Tournai, dans le cadre du projet FNRS " Réformes, production et usages du livre dans les monastères bénédictins (Pays-Bas méridionaux, XIVe-XVe siècles) " de l’UNamur.

En 2017, elle est de retour à l’UCLouvain et obtient en 2018 un mandat de " Chercheure Qualifiée " qui lui permettra, dans les années à venir, de développer ses travaux sur le rôle et les significations des images dévotionnelles à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne. Cette nouvelle recherche entend fournir de nouvelles réponses à la problématique complexe de l’articulation entre théorie et pratique de la méditation avec images. D’un point de vue méthodologique, ce projet propose pour la première fois l’étude intégrée de trois éléments complémentaires : images dévotionnelles, textes spirituels traitant du statut de l’image dans l'expérience méditative et textes philosophiques traitant du rôle de l’imagination dans les théories de l’âme. À terme, l’objectif est de renouveler l’approche du statut et de l’usage des images dévotionnelles à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne, avec le potentiel de transformer la compréhension de la culture visuelle en Europe à un moment crucial de son histoire.

Luca Tomini

 

Luca Tomini est chercheur Qualifié FNRS et docteur en sciences sociales et politiques de l’Université libre de Bruxelles (ULB). Il est membre  de l’IEE-ULB (Institut d’Etudes européennes et du CEVIPOL (Centre d’Etude de la vie politique). 
Après sa licence en Sciences Politiques de l’Université de Trieste, Luca Tomini a poursuivi sa formation à Padoue, Florence, Oxford, en Europe de l’Est et Bruxelles. Il a été nommé cette année 2018 " chercheur qualifié FNRS ". Il poursuit ses recherches au CEVIPOL de  l’Université Libre de Bruxelles. Ses travaux portent sur trois grandes thématiques : l’étude des processus de démocratisation et autocratisation ; l’analyse de la qualité de la démocratie des pays de l’Union européenne et les méthodes de recherche comparatives en science sociales.

Sa thèse de doctorat portait sur " l’influence de l’Union européenne sur la démocratisation des pays de l’Europe de l’Est ".
La démocratie est au cœur de ses recherches ; mais aussi, l’autocratisation, c'est-à-dire les processus de changement politique opposés à la démocratisation. De même qu’il existe des mouvements de transition vers des régimes démocratiques, il existe aussi des transitions vers des régimes autocratiques. Cette voie de recherche est récente et très importante dans le monde actuel. Aujourd’hui, les démocraties meurent moins d’un coup d’état que par une processus de démantèlement progressif. Luca Tomini étudie précisément les causes, les modalités et les conséquences des parcours menant à l’autocratie.  

Il estime que sa récente nomination comme " chercheur qualifié FNRS " représente une opportunité unique pour créer un réseau dans  la communauté scientifique en sciences politiques en  en Belgique et pour développer son agenda de recherche sur l’étude des processus de ces transitions politiques, extrêmement importantes dans le monde actuel.

Pour la revue FNRS news cliquez ici: http://www.fnrs.be/docs/Lettre/lettre114.pdf

FNRS revue

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK