Les Éclaireurs : Dons d'organes, outils préhistoriques, consommation verte

Fabienne Vande Meerssche
5 images
Fabienne Vande Meerssche - © Tous droits réservés

Fabienne Vande Meerssche reçoit dans les Éclaireurs : Amélie Anciaux, aspirante FNRS, doctorante en sociologie au CRIDIS (centre de recherche interdisciplinaire Démocratie, Institution, Subjectivation)- UCLThierry Gustot, directeur médical à la clinique de Transplantation hépatique-Hôpital Erasme et maître de conférence à l’ULB, et Veerle Rots, docteur en archéologie, spécialisée en Préhistoire, directrice du laboratoire de recherches Traceolab de l’ULiège.

Amélie Anciaux

Amélie Anciaux est aspirante FNRS, doctorante en sociologie à l’UCL au centre de recherche CRIDIS (centre de recherche interdisciplinaire Démocratie, Institution, Subjectivation).

Amélie Anciaux est titulaire d’un diplôme de sociologie obtenu à l’UCL en 2015. Dans la continuité de son mémoire sur les initiatives citoyennes et les pratiques d’éco-consommation qui dressait un premier état des lieux en Wallonie sur base d’un questionnaire diffusé en ligne, Amélie Anciaux bénéficie actuellement d’un mandat d’aspirant FNRS pour réaliser une thèse au CRIDIS (sous la direction de Françoise Bartiaux et Geoffrey Pleyers) proposant de mieux comprendre les contextes et facteurs encourageant (ou non) l’adoption d’une ou plusieurs pratiques d'éco-consommation par les jeunes (25-35 ans) belges francophones.

Amélie Anciaux présentera le jeudi 3 mai ses travaux de recherche lors du Symposium HERA organisé par La Fondation pour les Générations Futures en préambule à la cérémonie de remise des HERA AWARDS, (Higher Education and Research Awards for Future Generations) à l'Université de Mons

À travers ces initiatives, la vocation du programme HERA est de soutenir l’exigence et l’excellence de celles et ceux - étudiants et chercheurs - qui intègrent l’approche systémique, à 360°, propre à un développement soutenable. Le programme se décline aujourd’hui en un prix bisannuel pour des thèses de doctorat (toutes disciplines confondues), un symposium bisannuel, et sept prix annuels pour des mémoires de Master dans les domaines de l'économie coopérative, la finance responsable, la santé, le design et l’ingénierie, l'alimentation et l’agriculture, l'architecture et les technologies de l’information.

Thierry Gustot

Thierry Gustot est Directeur médical de la clinique de Transplantation Hépatique au C.U.B. Hôpital Erasme à Bruxelles et Maître de conférence à l'Université Libre de Bruxelles.

Une atteinte chronique du foie secondaire à une infection virale chronique, une consommation excessive d’alcool, un diabète peut mener à une cirrhose. Pendant une période très variable, la fonction du foie est maintenue et la maladie reste asymptomatique. À un moment donné parfois secondairement à un facteur déclenchant identifié, la cirrhose se décompense. Cette décompensation s’accompagne dans 30% des cas de défaillance d’organes multiple. Thierry Gustot et son équipe ont pu, grâce à une collaboration de nombreux centres européens, définir cette situation spécifique comme une nouvelle entité clinique : " Acute-on-Chronic Liver Failure (ACLF) ou défaillance hépatique aiguë sur fond chronique". 

Les patients, souvent jeunes sont,  face à un risque de décès de 30% dans le mois, et 50% dans les trois mois, malgré la prise en charge médicale. L’essentiel des travaux scientifiques de Thierry Gustot ont porté et portent sur le développement d’outils permettant de prédire l’évolution clinique, l’exploration des mécanismes physiopathologiques responsables, la définition de la place de la transplantation hépatique de sauvetage, la probabilité de succès, les limites de cette stratégie.

Au regard de la pénurie d’organe en Europe, seul un patient sur dix en ACLF (Acute-on-Chronic Liver Failure) accède à la transplantation hépatique. Les efforts actuels se concentrent sur l’amélioration de la prise en charge de ces patients en vue d’une transplantation, sur le développement de thérapies alternatives à la transplantation et la promotion du don d’organe.

Thierry Gustot a reçu de nombreux prix. Parmi ceux-ci, le Prix 2017 du Fonds Carine Vyghen pour le don d'organes. 

Veerle Rots

Veerle Rots est Docteure en archéologie, chercheure qualifiée du FNRS et directrice de TraceoLab, ULiège, un groupe de recherche en préhistoire avec un intérêt particulier pour l’analyse fonctionnelle des outils en pierre. (Pour consulter la page Facebook de TraceoLab, cliquez ici.)

Veerle Rots est archéologue-préhistorienne. Elle a participé à plusieurs projets de fouilles en Europe, en Turquie, mais aussi en Afrique (Egypte, Soudan, Ethiopie, Afrique du Sud). Actuellement, elle est surtout impliquée dans des projets de terrain en France, en Allemagne, en Afrique du Sud et depuis peu, en Zambie.

Veerle Rots travaille surtout sur des sites Paléolithiques, avec un intérêt particulier pour l’Europe et la période " charnière " autour de 40.000 ans, quand les Néandertaliens sont remplacés par les hommes modernes.

Veerle Rots est spécialiste de l’analyse fonctionnelle des outils préhistoriques. Sur la base d’une analyse au microscope, elle identifie la façon dont ces outils étaient utilisés. L’analyse fonctionnelle se base sur l’analyse des deux types de traces : les usures et les résidus. Les usures sont créées par la friction entre un outil en pierre et la matière travaillée. Les résidus sont les restes microscopiques de ces matières, qui se préservent parfois (graisse, amidon, résine/colles, fragments d’os, etc.).

Ses recherches doctorales portaient sur la question de l’emmanchement, un sujet qu’elle continue à développer. Le montage d’un outil en pierre sur un manche en matière organique est un sujet important pour la compréhension de l’évolution humaine car cela nécessite une capacité d'anticipation des besoins. L’apparition de l’emmanchement représente donc une innovation fondamentale au cours de la préhistoire. Certains chercheurs parlent de la "première révolution industrielle" pour indiquer l’importance de cette évolution. Etant donné que la matière organique ne se préserve que rarement, les outils lithiques sont généralement les seuls témoins pour comprendre l’emmanchement. . Pour les mêmes raisons, l’analyse détaillée des outils en pierre est la clé pour mieux comprendre l’évolution culturelle.

En 2012, Veerle Rots a obtenu un projet prestigieux et compétitif, un ERC Starting Grant, projet européen financé par le European Research Council.

Grâce à ce projet EVOHAFT  "The evolution of stone tool hafting in the Palaeolithic" (l’évolution de l’emmanchement des outils en pierre au Paléolithique) Veerle Rots a pu installer "TraceoLab", laboratoire et équipe de recherche.

Les recherches de Veerle Rots se développent aussi dans le contexte de plusieurs collaborations, entre autres avec l’Université de Tübingen (Allemagne) pour les sites préhistoriques de Sibudu Cave (Afrique du Sud) et Hohle Fels (Allemagne), l’Université de Ferrara pour la grotte de Fumane et l’Université de Liverpool pour des sites en Zambie.

L'équipe de Veerle Rots se compose actuellement de plusieurs doctorants, à Liège, mais aussi en co-tutelle avec des universités étrangères, des chercheurs postdoctoraux et un technicien-expérimentateur.