ExoMars, Cloud énergétique, Parcours de réussite

Fabienne Vande Meerssche
10 images
Fabienne Vande Meerssche - © Tous droits réservés

Fabienne Vande Meerssche reçoit dans les Éclaireurs :  Alexandre Marchal, chercheur FORS Henallux (Haute Ecole Namur Liège Luxembourg ), Leila Mouhib, chercheure en sciences politiques et relations internationales, coordinatrice projets d’enseignement ULB et UMons à Charleroi  et  Ann Carine Vandaele, chercheure à l’Institut Royal d’Aéronomie Spatiale de Belgique et responsable du groupe " Aéronomie planétaire "

 

Alexandre Marchal

Alexandre Marchal est chercheur FoRS Hénallux (Haute Ecole Namur Liège Luxembourg )Il travaille principalement sur le projet EnerGrid avec l'ULiège et Klinkenberg, Power Point EnerGrid + article Daily Science. Il travaille aussi sur un projet ARES avec Cuba où l’objectif est de les assister, dans le cadre d’un projet agronomique, pour le développement d'une plateforme de formation.

Après avoir commencé des études de chimie, Alexandre Marchal s'est orienté vers un baccalauréat en informatique de gestion.

Alexandre Marchal a fait ses premières armes dans le monde professionnel via un travail de technicien informatique lors des élections de 2012 et de 2014. Il a notamment travaillé sur le dépouillement assisté et sur le vote électronique. A la fin de son cursus, Alexandre Marchal  a développé un lecteur de vidéo interactif dans le cadre de son TFE. Ceci l’a amené à rencontrer le directeur du département technique de Marche-Hénallux, qui lui a proposé en 2015 un poste de chercheur FoRS (Centre de Formation Recherche, et Service ). Alexandre Marchal couple cette charge avec l’encadrement de laboratoires dispensés au MASI (Master en architecture des systèmes informatiques ). 

Outre de nombreuses collaborations avec des start-ups ( analyse de projets et solutions ), Alexandre Marchal a aussi à son actif des projets tels que :

- Remédiatic : plateforme de remédiation en math pour les jeunes de 4ème primaire à la 2ème secondaire avec comme partenaires Averbode et Unamur.

- PALEF : plateforme d’apprentissage du français orienté pour les demandeurs d’emploi en collaboration avec Le Forem, Averbode et la Haute Ecole Vinci.

- KAD : application de gestion de livraisons sur chantier pour la construction des nouveaux bâtiments de la commission européenne au Luxembourg.

- Ferme CTA : Analyse et développement d’une étable connectée récupérant différentes valeurs de gaz pour appuyer un projet de recherche du CTA Strée.

Leila Mouhib

Leila Mouhib est docteure en sciences politiques et sociales à l’ULB.

À l'issue de ses études en sciences politiques et relations internationales, Leila Mouhib réalise une thèse de doctorat (2007-2013) sur les politiques de promotion de la démocratie de l’Union européenne au Maroc et en Tunisie.

Leila Mouhib s’y interroge sur le processus de fabrication et de mise en œuvre de ces politiques : comment expliquer des fonctionnements si différents entre deux pays semblables à bien des égards, le Maroc et la Tunisie ?  Comment les bouleversements régionaux du printemps arabe de 2011 modifient-ils les processus en œuvre ?

Après sa thèse de doctorat, Leila Mouhib a travaillé comme coordinatrice d’une université d’été euro-méditerranéenne, qui réunit chaque année, autour d’un thème commun, une cinquantaine de jeunes issus des deux rives de la Méditerranée.  En parallèle, elle continue d'enseigner comme maître de conférences.

En 2017, Leila Mouhib a entamé un nouveau projet de recherche, à l’ARES (Académie de recherche et d’enseignement supérieur), à l’initiative et sous la supervision de la Commission d’aide à la réussite. Sur le parcours de réussite dans un premier cycle de l'enseignement supérieur. 

Malgré le développement quantitatif et qualitatif des pratiques de promotion de la réussite et d’accompagnement des étudiants, le problème d’échec et d’abandon persiste dans l’enseignement supérieur. Il s’agit donc de s’interroger sur la réussite étudiante et de mettre en évidence des "parcours de réussite" dans un premier cycle de l’enseignement supérieur dans le contexte du décret "Paysage", qui a modifié l’organisation des études.

Leila Mouhib travaille actuellement pour l’ULB et l’UMONS, comme coordinatrice des projets d’enseignement communs de ces deux universités à Charleroi.

Ann Carine Vandaele

Diplômée de la Faculté des Sciences Appliquées de l'Université Libre de Bruxelles, Ann Carine Vandaele est un ingénieure civile spécialisée en physique. Elle a réalisé son doctorat sur la mesure de la pollution urbaine par méthodes spectroscopiques.

Ann Carine Vandaele est responsable du groupe 'Aéronomie Planétaire' de l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB). Ses recherches portent sur le développement et l'utilisation d'instruments spectroscopiques de télédétection spatiale. L'équipe d'Ann Carine Vandaele aide les ingénieurs à concevoir de nouveaux instruments de mesure, à déterminer des critères scientifiques, à tester l'instrument une fois construit et le calibrer en laboratoire, à optimiser le planning des observations une fois en vol, et à analyser les spectres enregistrés. Ensuite, il faut analyser ces données au niveau de la compréhension des processus physico-chimiques, du transport, de la dynamique, etc. Pour se faire, sont utilisés des modèles de circulation générale en 3D. L'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique a développé son propre modèle pour Mars.

Le groupe 'Aéronomie Planétaire' dont Ann Carine Vandaele est responsable a conçu pour Venus Express (la sonde Européenne) l'instrument SOIR (pour "occultation solaire dans l'infrarouge") qui permet d'observer le soleil à travers l'atmosphère de Venus.   

Ann Carine Vandaele et son équipe de l'IASB ont également conçu NOMAD, l'un des instruments de la mission ExoMars Trace Gaz Orbiter (qui doit mesurer les gaz en traces autour de Mars) dont la phase scientifique vient de commencer. L’instrument Nomad est une série de trois spectromètres destinés à détecter des composants de l’atmosphère de mars sous forme de traces ; il est composé de trois canaux de mesures, deux dans l’infra rouge et un dans le domaine ultraviolet visible. ExoMars vient de commencer la phase scientifique autour de Mars, c'est donc pour l'instant le projet principal d'Ann Carine Vandaele et de son équipe. Mais ils travaillent déjà sur une participation de MAJIS (pour Moons and Jupiter Imaging Spectromètre, instrument qui sera à bord de la mission Juice -jupiter icy moons explorer- départ 2022 / arrivée 2029) qui ira visiter les lunes de Jupiter. Ils espèrent aussi orienter leurs recherches vers l'analyse détaillée des atmosphères d'exoplanètes ( ce sera en 2028 la mission ARIEL, qui vient d'être sélectionnée par l'ESA - European Space Agency ).

Ann Carine Vandaele participera à la première édition en Belgique du festival international Pint of Science (14-15-16 mai dans 7 grandes villes de Belgique  #pint18BE

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK