Les croyances en l'irrationnel ont le vent en poupe !

Constellations de l'hémisphère Nord
Constellations de l'hémisphère Nord - © Pixabay

43% des Belges adhéreraient à des croyances non-scientifiques. Comment expliquer ce mysticisme qui touche la plupart des secteurs de la société ?

Un besoin de sens

Une étude monte que les Européens en Europe occidentale sont de moins en moins catholiques, pratiquants, mais croient de plus en plus en des choses comme la réincarnation, explique Martine Clerckx, sociologue.

"La sécularisation de la société a emmené à devoir retrouver de nouvelles croyances car l'être humain a fondamentalement besoin de croire, que ce soit croire pour croître ou pour créer, croire en l'autre pour faire société, ou croire en quelque chose de plus grand que soi pour donner un sens à sa vie."

Aujourd'hui, on ne croit plus dans les religions, ni dans l'Etat-Providence, ni dans le boom économique. On a besoin de se rassurer, de sortir de l'individualisme, des progrès de la science et de retrouver du sens. De là, ce retour à l'irrationnel, à un certain mysticisme. On se bricole de nouvelles croyances, on retrouve des croyances anciennes qu'on se réapproprie ou on réinvente des éléments de catholicisme ou d'islam.

Ces pratiques de recherche de sens visent à refaire lien au monde qui nous échappe mais surtout à refaire lien avec l'autre. 

 

Une écoute attentive et sans jugement

Isabelle Verhaegen utilise les massages et les constellations pour parler davantage au coeur et moins au cerveau des gens. Pour elle, les gens trouvent dans ces pratiques une écoute attentive, bienveillante, sans jugement, quelle que soit leur problématique. Ce qui n'implique pas nécessairement qu'elle ne leur dira que ce qu'ils ont envie d'entendre. La confrontation, la prise de conscience sont importants pour faire évoluer la personne.

Ludovic Boucart est chaman urbain. Un chaman, c'est quelqu'un qui s'occupe des autres, qui connaît les traditions, les rites de passage, qui communique avec les morts, le monde physique et le monde spirituel. "Je n'invente rien, je reprends ce qui a toujours été fait par les hommes depuis la nuit des temps."

Sa clientèle, plutôt féminine, va de l'enfant qui vient avec sa mère à la personne âgée. Les profils socio-professionnels sont assez élevés.

Certains viennent travailler sur leur burn out ou leur dépression, d'autres cherchent une autre lumière pour s'épanouir ou changer de direction, d'autres encore viennent chercher de la nourriture pour contribuer à un changement de mentalité de la société. 


L'irrationnel contre le manque d'espérance

"L'homme a fondamentalement besoin de croire, la croyance lui permet d'avoir une dimension supplémentaire à son identité. Il essaie de donner du sens à ce qui lui arrive", explique Jean Van Hemelrijk, psychologue et psychothérapeute. 

L'irrationnel vient au secours de l'angoisse des hommes. 

Il voit trois causes à ce phénomène :

- L'effondrement religieux : l'homme ne peut plus croire à quelque chose d'autre qu'en lui-même.

- La modernité, l'accélération, le temps qui passe.

- Avec le terrorisme, la crise économique, etc... idéologiquement, à quoi peut-on encore croire aujourd'hui ? Le manque d'espérance ouvre la voie à l'irrationnel.

C'est grave si des charlatans proposent des hypothèses absurdes par rapport à des maladies graves par exemple. Pour le reste, si l'homme y trouve réponse et apaisement, pourquoi pas ?, dit Jean Van Hemelrijk. C'est l'exploitation commerciale qui est critiquable. 

Suivez ici la séquence de Tendances Première !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK