Les cellules, les psychopathes et le moyen français

Les cellules, les psychopathes et le moyen français
4 images
Les cellules, les psychopathes et le moyen français - © Tous droits réservés

Fabienne Vande Meerssche reçoit ce samedi 10 juin Anabelle Decottignies de l'Institut de Duve (UCL), Olivier Delsaux de l’Université Saint Louis et Thierry Pham de l'UMons. 

Olivier Delsaux

Philologue romaniste et médiéviste de formation, Olivier Delsaux mène des recherches sur le moyen français, c’est-à-dire la langue et la littérature françaises de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance (1350-1550). Plus particulièrement, il s’intéresse aux mutations qui ont touché la diffusion des textes et des savoirs lors de cette époque de transition (passage du manuscrit à l’imprimé, avènement de l’Humanisme, émancipation de la langue française comme langue savante, émergence de figures d’auteur etc.). Sa thèse de doctorat (défendue en 2011) portait sur les stratégies mises en place par les écrivains français de la fin du Moyen Âge pour contrôler la diffusion de leurs textes, en particulier leur prise en main des livres manuscrits de leurs œuvres ; cette recherche s’est fondée sur l’étude philologique et archéologique des manuscrits de la première écrivaine française à avoir vécu de sa plume et, par ailleurs, première écrivaine “féministe”, Christine de Pizan. Ses recherches postdoctorales portent sur les travaux de traduction et de vulgarisation des textes de l’Antiquité latine et de l’Humanisme italien réalisées par les premiers Humanistes français.

Après une carrière de chercheur auprès du FRS-FNRS (2007-2015), Olivier Delsaux est aujourd’hui professeur invité à l’Université Saint-Louis de Bruxelles et à l’Université catholique de Louvain, où il enseigne des cours d’Histoire de la littérature française du Moyen-Âge et de la Renaissance tant au niveau Bachelier qu’au niveau Master.

Thierry Pham

Thierry. H. Pham, Ph.D. est psychologue clinicien de formation (UMons puis ULB, 1978-1983). Il a longuement travaillé comme psychologue au sein du ministère Belge de la Justice auprès des populations carcérales. Il a défendu sa thèse dans le domaine de la psychopathie et des émotions (UCL, 1996). Il est actuellement professeur de psychologie légale à l’UMons. Il dirige aussi le Centre de Recherche en Défense Sociale à Tournai (CRDS), spécialisé dans l’étude des patients internés. Il a des affiliations nord-américaine en tant que chercheur associé au centre de recherche de l’Institut Philippe Pinel de Montréal et de professeur associé de psychologie légale à l’université du Québec à Trois Rivières. Il a été expert scientifique - court terme-auprès du conseil de l'Europe (2003-2005) et de la commission européenne (2013-2016) dans le domaine de l'évaluation des délinquants. Ses domaines de recherches concernent les processus émotionnels de la psychopathie, l’évaluation du risque de comportements violents notamment chez les agresseurs sexuels. Il a publié 90 articles, 14 actes, 23 chapitres et (co) édité 4 ouvrages.

 

"Traité de l’Agression Sexuelle", une nouvelle parution de Thierry Pham

http://www.editionsmardaga.com/Traite-de-l-agression-sexuelle 

Anabelle Decottignies

Anabelle Decottignies est bio-ingénieure de formation, professeur et chercheure à l’Institut de Duve (UCL) - GEPI (Genetic and Epigenetic Alterations of Genomes). Au sein du GEPI, le laboratoire qui s’intéresse aux altérations du génome, Anabelle Decottignies et son équipe s'intéressent aux mécanismes mis en place par les cellules cancéreuses pour acquérir cette " jeunesse éternelle " qui leur permet de se diviser sans limite. Comprendre ces mécanismes devrait permettre d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques potentielles dans le cadre de la lutte contre le cancer.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK