Les Belges du bout du monde au Portugal

Les tours à cheval ou à vélo du "Novo Mondo" de Barberine Duvivier dans l'Alentejo
23 images
Les tours à cheval ou à vélo du "Novo Mondo" de Barberine Duvivier dans l'Alentejo - © Barberine Duvivier

Adrien Joveneau et son équipe vous emmènent au pays de Magellan, à l'extrême-ouest de l'Europe, sur les traces de deux femmes aux parcours inverses. D'un côté, Barberine Duvivier, une Belge installée à Estremoz - entre Lisbonne et l'Espagne - qui a monté un ranch, le "Novo Mondo". Et de l'autre, Adriana Costa Santos, une Portugaise qui est arrivée à Bruxelles il y a quatre ans pour venir prêter main forte aux bénévoles du Parc Maximilien et aider les réfugiés.

Autre profil et autre projet : Julien Hendrix, un Belge du bout du monde qui s'est lancé dans un projet fou, l'Inde à vélo. Ce jeune fraîchement diplômé en ingéniérie civile à Louvain-La-Neuve est actuellement sur la route de la soie avec son deux-roues. Il nous fait partager un peu de cette incroyable expérience de vie.

De Rhodes-Saint-Genèse à l'Estremoz

Artiste équestre, fauconnière et voltigeuse cosaque, Barberine Duvivier a toujours travaillé avec des chevaux en Belgique et est arrivée par hasard dans le sud du Portugal il y a quelques années, avec ses deux juments.

Sur les terres de Vasco de Gama et Christophe Colomb, en Alentejo à Estremoz près de la ville d'Evora, Barberine se lance vers l'inconnu. Et après quelques années, elle décide d'ouvrir son propre "ranch", le "Novo Mondo", en référence aux Amériques découvertes par les deux grands aventuriers lusitaniens. Un lieu paisible au beau milieu de la nature depuis lequel elle organise des parcours à cheval et à vélo, pour le plus grand plaisir des voyageurs.  

Une bénévole portugaise tous les soirs au Parc Maximilien

Chemin inverse mais parcours étonnant: Adriana Costa Santos revient sur son arrivée à Bruxelles il y a quatre ans et sur son combat pour donner un visages aux réfugiés en exil à Bruxelles. Adriana ne connaît pas le français quand elle arrive au Parc Maximilien pour la première fois, mais tout va très vite. Dès son premier jour, elle assiste à une descente de la police belge...

Depuis, elle n'a jamais cessé de donner de son temps pour les autres, ces personnes en quête d'une vie meilleure et sans cesse déshumanisées par les politiques européennes en matière d'immigration. Elle est chaque soir au Parc Maximilien pour organiser la belle entraide citoyenne pour l'hébergement de ces exilés et est devenue, par la force des choses, la vice-présidente de la plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés.

Une envie de tendre la main inspirante et qui donne de l'espoir pour l'avenir. 

Les Indes à vélo, à la rencontre de l'autre

Pas de Portugal sur sa route mais tout de même un beau paquet de pays parcourus depuis le début de sa grande aventure : Julien Hendrix est un jeune cycliste et ingénieur civil qui s'est lancé dans une grande odyssée eurasiatique en septembre 2018, "un cycliste vers les indes".

10 mois de périple à travers lesquels il entend bien découvrir de nouvelles cultures, lui qui fait tout pour "sortir de sa bulle" et découvrir le monde.

Parti de Louvain-La-Neuve en septembre dernier, il est depuis passé par la France, la Suisse, l'Allemagne, l'Autriche, la Slovaquie, la Hongrie, la Croatie, la Serbie, la Bosnie-Herzégovine, le Monténégro, l'Albanie, la Grèce, la Turquie, la Géorgie, l'Arménie, l'Azerbaidjan et l'Iran qu'il parcourt en ce moment. Depuis la Perse, il nous raconte ce long voyage en quête de l'autre et du monde. Une aventure à découvrir sur sa page polarsteps.

Ecoutez ici ces expériences de vie au bout du monde

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK