Les attaques de DownSec Belgium

Les attaques de DownSec Belgium
Les attaques de DownSec Belgium - © Tous droits réservés

DownSec Belgium s’est acharné ces derniers jours à la mise hors service de certains sites (celui du Premier ministre, celui de la Défense, au serveur de la Fédération Wallonie-Bruxelles, celui de Joëlle Milquet). Ils ne comptent manifestement pas en rester là …

La journée de dimanche a vu trois nouvelles attaques informatiques revendiquées par le groupe Down-Sec, qui s'en était déjà pris vendredi aux sites internet du Premier ministre et de la Défense et plus tôt dans la semaine au serveur de la Fédération Wallonie-Bruxelles et au site de la ministre francophone de l'Education Joëlle Milquet.

La section belge du collectif de pirates informatiques a par ailleurs indiqué sur Twitter, peu après 17h00, que les attaques étaient "en pause jusque demain", ce qui laisse donc envisager de nouvelles actions dès lundi.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire prise pour cible

Très tôt dimanche matin, le site web de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) a été pris pour cible, ce qui a eu pour effet de le rendre inaccessible pendant plusieurs heures. Le site du cert.be, la "cyber emergency team" ou équipe d'intervention d'urgence en sécurité informatique du fédéral, a ensuite été visé, avant celui du Centre de crise du SPF Intérieur, confirme dimanche après-midi le directeur du Centre belge pour la Cybersécurité, Miguel De Bruycker.

"Les trois problèmes ont été résolus", précise-t-il. "A chaque fois, un procédé similaire a été utilisé. En gros, ils bloquent un carrefour en le surchargeant de trafic internet. Le serveur ne peut plus répondre et plante. Nous devons alors nous atteler à 'dévier' le trafic internet en appliquant différents filtres, ce qui peut prendre un certain temps". Miguel De Bruycker souligne que dans tous les cas, l'effet est que les pages publiques du site ne sont plus consultables, mais il n'y a pas intrusion à l'intérieur du système informatique des instances visées.

Attaque du site du centre de crise

Après avoir mis hors-service pendant six heures ce dimanche le site de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), Down-Sec Belgium s'est attaqué au site www.centredecrise.be.

Un de nos journalistes les avait contactés ce matin afin de connaître leurs motivations. Dans le cadre de l'OpSafeWeb (Opération pour un web sûr), ils veulent dénoncer la faiblesse de la cybersécurité des centrales nucléaires belges, même si le site officiel ne contient aucune information sensible par rapport à la sécurité de celles-ci, et rappeler les inquiétudes des pays voisins face à notre parc nucléaire vieillissant.

Le groupuscule avait déjà mis hors-service plusieurs sites, comme celui du sénat et de l'OCAM en 2015 ainsi que le serveur de la Fédération Wallonie-Bruxelles ce 17 février. Ils voulaient alors une réaction face à l'affaire Madison, cette jeune qui s'était suicidée suite à du harcèlement sur les réseaux sociaux. Ils avaient lancé un compte à rebours, menaçant de faire tomber deux sites ministériels s'ils n'étaient pas entendus.

RTBF

 

Qui sont ces intrigants pirates du net ? Quels sont leurs objectifs ? Que prévoit le droit envers ces actes ? Pour y répondre : Miguel DEBRUYCKERE, directeur du Centre Cybersécurité belge.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK