Les amours de Liszt

Liszt, portrait par Wilhelm von Kaulbach,1856
2 images
Liszt, portrait par Wilhelm von Kaulbach,1856 - © Wikipedia

Les amours de Franz Liszt sont une grande aventure qui se décline en plusieurs prénoms. 

La première s’appelle Caroline, mais le père de la jeune fille va intervenir en patriarche. Lizst n’est pas issu de la noblesse, il ne sera pas accueilli dans la famille. Caroline de Saint Cricq restera sa confidente épistolière. Marie d’Agoult sera le grand amour de Liszt, sa passion, sa rencontre. 

Nous le suivons depuis son arrivée à Paris après la mort de son père, jusqu’à Rome où il se retire en 1861 ; de rencontre en rencontre, de ses tournées flamboyantes à ses années de pèlerinage.

Axelle Thiry nous livre, en trois épisodes, un feuilleton où Thierry Hellin est le narrateur, Vincent Hennebicq est Liszt et Stéphanie Van Vyve est Caroline de Saint Cricq.

1er épisode

Après le décès de son père, Franz Liszt s’installe à Paris où il plonge dans un foisonnement intellectuel et artistique. Il y rencontrera George Sand, Victor Hugo, se passionnera pour Lamartine et sera subjugué par Paganini.

A Paris, Franz Liszt rencontre celle qui sera son premier amour. Un amour contrarié par le père de la jeune Caroline de Saint-Cricq. Malgré les opposants à leur amour, ils entretiennent une relation épistolaire. Ces lettres jalonnent le feuilleton de sa vie passionnante et tumultueuse.

2e épisode

Franz Liszt est en Italie avec Marie d’Agoult, pour ses années de pèlerinage. Amour, sérénité sont au rendez-vous mais le piano et le bonheur de la scène le tiraillent et l'entraînent à nouveau vers la lumière. La musique sera plus forte et les amants se séparent. La garde des enfants les déchirera.

"Heureux le voyageur", écrit Liszt ! Il est en route à nouveau.

Une véritable lisztomanie déferle sur l’Europe ! Dans ses tournées flamboyantes, il brille de tous ses feux.

En 1848, Liszt décide de  " briser sa chrysalide de virtuosité et de laisser plein vol à sa pensée ". Il s’installe à Weimar.

Malgré son talent incandescent, malgré l’admiration éperdue qu’il déclenche chez ses auditeurs, Liszt est impressionnant d’humanité.

3e épisode

Franz Liszt va se poser à Weimar, avec une deuxième Caroline, Caroline de Sayn-Wittgenstein. C’est une princesse russe, richissime et mystique.

A Weimar, Franz Liszt découvre les partitions de Wagner dont il sera l’ardent défenseur, il crée plusieurs de ses opéras et en fait l’étendard de la musique de demain.

Axelle Thiry nous dévoile quelques traits de personnalité d’un géant de la musique, à la fois inventeur et protecteur des autres.

Franz Liszt : un géant de la vie.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK