Lego - Ecomatin

Lego - Ecomatin
Lego - Ecomatin - © Tous droits réservés

Le dossier d'ecomatin va nous faire replonger dans l'enfance, dans l'univers des briques Lego. Non seulement elles n'ont pas disparu sous les coups de boutoirs des jeux électroniques, mais Lego ne s'est apparemment jamais aussi bien porté qu'aujourd'hui.

Un bénéfice net d'1 milliard 230 millions d'euros, 31% de hausse en un an, un chiffre d'affaires de pratiquement 5 milliards en très forte hausse. L’entreprise danoise affiche une santé insolente avec une 11ème année consécutive de croissance de ses ventes. Et ses dirigeants sont très fiers de dire que 100 millions d'enfants ont joué avec des Lego dans 140 pays du monde.

Comment peut-on expliquer ce succès planétaire pour les briques Lego plus de 80 ans après leur création ?

Un des ingrédients de son succès c'est certainement sa stratégie de licence. Lego a par exemple acheté le droit de fabriquer des collections autour d'Harry Potter, Batman ou StarWars et ça cartonne. En 2015, le produit le plus vendu a été le château de glace de la Reine des Neiges, tiré du dessin animé Disney. Autre élément clé, le renouvellement régulier des jeux, un peu comme dans la mode, les collections se succèdent rapidement. L'entreprise a même développé une collection spécifique pour les filles ! Ajoutez-y une bonne dose de design, beaucoup de marketing et vous avez un succès planétaire.

En deux mots, donc, tout baigne pour Lego ?

Côté rentabilité, oui, c'est incontestable, mais il y a tout de même une part d'ombre. Certains magasins de jouets se plaignent de ne pas obtenir de Lego suffisamment de matériel. Ils ratent des ventes parce qu'ils n'ont pas assez de jouets en stock. 

Est-ce qu'il s'agit d'une stratégie délibérée de la part de Lego... Créer de la rareté... Ou bien c'est un problème d'organisation, de logistique ?

Lego n'arrive pas à suivre la demande, une usine est en construction, il faut être patient, elle sera ouverte à la fin de l'année en Chine...

Michel GASSEE

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK