"Le vivre ensemble suppose qu'on dissocie l'humour de la moquerie"

Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l’Umons, constate que, dans nos sociétés comme dans nos familles, la moquerie est souvent considérée sur le même pied que l'humour.

Quelqu'un dont on se moque et qui ne rit pas est souvent accusé de manquer de sens de l'humour. Or, dans l'humour, c'est toujours le récepteur qui définit s'il s'agit d'humour ou de moquerie, et pas l'émetteur. 
 

Un humour qui garde son sens 

Les Grecs anciens avaient deux mots pour parler du rire. Ils différenciaient le rire joyeux, gelan, du rire agressif, catagelan.

  • Le gelan venait d'une analogie avec le rire des petits singes. Il caractérisait l'humour pratiqué dans un contexte ludique, sécurisant et créateur de liens bienveillants. C'est clairement l'humour à pratiquer dans les familles.
  • Le catagelan évoquait plutôt le rictus des grands singes, la moquerie. Cela comprend l'ironie pour mettre à distance, le sarcasme pour briser, la dérision pour rendre tout petit. La stratégie étant toujours d'amoindrir pour pouvoir écraser. Bruno Humbeeck conseille aux parents de ne pas laisser faire la moquerie au sein de la famille et de soutenir la parole de celui qui est blessé. 
     

Que penser de l'auto-dérision ?

L'auto-dérision, c'est très bien si on a une estime de soi-même stable. Cela vaut même au niveau national. On constate que plus votre produit national brut est élevé, plus votre pays fait preuve d'auto-dérision. Ce qui est bien le cas de la Belgique.

"Mais quand on est en difficulté majeure, existentielle ou psychologique, parce qu'on a l'impression d'avoir une valeur amoindrie, la moquerie est vécue comme une blessure importante. Et dire à quelqu'un 'tu n'as pas d'humour', cela renforce cette blessure."
 

Eduquer à l'humour

Sous couvert d'humour, on permet de l'agressivité, y compris dans le couple, quand papa se moque de maman, ou quand maman se moque de papa, donc quand l'un installe son pouvoir sur l'autre en imposant le rire commun. 

On ne peut pas dire que les familles manquent d'humour, mais aujourd'hui, on est censé rire de tout. Cependant, tout ne prête pas à rire et on doit protéger la parole des plus faibles. On peut éduquer ses enfants à l'humour, principalement en ne riant pas en cas de moquerie, de mépris.

Pour Bruno Humbeeck, la moquerie a sa raison d'être, comme le montre bien Charlie Hebdo..., tant qu'il est utilisé par des dominés pour lutter contre l'écrasement des dominants ou contre des institutions qui nous dépersonnalisent, par exemple. 

"Le vivre ensemble suppose vraiment qu'on dissocie l'humour de la moquerie".

Ecoutez-en plus ici !

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK