Le tour d'Europe

Drapeau européen
Drapeau européen - © Google

De Nicolas Vandenschrick.

On commence par cette découverte qui fascine la presse, ce matin. Le squelette du Roi Richard III a été retrouvé sous un parking.

Oui, fasciné, vous ne croyez pas si bien dire. Le Roi et son crâne font les belles pages de toute la presse. La Une de l'International Herald Tribune, en grand. El Pais, en manchette. Le Figaro, en peinture cette fois. Le Volkskrant qui dévoile la tombe du souverain. Et le Temps à Genève qui remporte la palme avec ce titre... Le "Roi du parking" était bien le "terrible" Richard III. Fin d'un mystère qui aura duré 5 siècles. Car oui, c'est bien un thriller archéologique qui vient de trouver son épilogue.

Alors reprenons. A l'été 2012, les experts de l'Université de Leicester s'emparent d'un plan médiéval. Et ils arpentent jusqu'à arriver sur un parc de stationnement municipal. C'est là, si la carte est exacte que doit se trouver le corps du Roi terrible. Et bingo, écrit le Temps. Le squelette est exhumé début septembre avec son lot d'indices troublants. Une colonne déformée - alors que le Roi souffrait d'une scoliose. Des traces de blessures qui pourraient être des coups mortels infligés sur un champs de bataille... Notamment un reste de flèche coincée entre les vertèbres. Pas de cerceuil mais un linceul.

Le suspens a été entretenu jusqu'au bout. Il a fallu analyser l'ADN du squelette. Le comparer à 2 descendants du Roi (l'un des 2 menuisiers à Londres s'est dit abasourdi...), recouper encore avant de l'annoncer en grande pompe. Il s'agit bien des restes d'un des Rois les plus fameux du trône d'Angleterre.

L'affaire a redonné du courage aux archéologues anglais qui espèrent du coup mettre la main sur la tombe d'un autre roi disparu, Alfred le grand. Connu, explique le Times, pour avoir conclut la paix avec les Danois, établi un code de loi mais surtout dont l'histoire a retenu son manque totale de prouesse culinaire. La tâche risque difficile car la tombe dans laquelle les archéologues pensent trouver Alfred compte pas moins de 5 crânes.

C'est une première, au Japon, un membre de la pègre a été arrêté. Un yakuza soupçonné d'avoir illégallement envoyé des travailleurs dans la zone sinistrée de Fukushima.

Cela fait un moment que des allégations tournaient sur l'implication de la pègre dans la reconstruction. Cette fois, rapporte le Monde, la police japonaise estime avoir mis la main sur le dirigeant d'un gang affilié au syndicat du crime. L'homme aurait envoyé à plusieurs reprises des journaliers à un sous-traitant engagé dans la décontamination radioactive d'une ville proche de l'ancienne centrale de Fukushima. Il faut dire que le chantier est énorme. Il draîne des milliards de yens et il attire donc la pègre. Démolition, traîtement des déchets, et puis aussi - et ce pan est plus sombre, recrutement d'ouvriers pour aller travailler dans les zones contaminées. Un journaliste japonais d'investigation rapporte que les yakuzas ciblent les sans-domiciles, les personnes endettées ou souffrant d'un handicap psychologique pour les envoyer sur le site. Cette pratique - semble-t-il - existait déjà avant la catastrophe. Elles concerneraient l'ensemble de la filiale nucléaire.

Enfin, on reparle des J.O. de 2014. Ce sera à Sotchi, en Russie. A un an du coup d'envoi, le budget a quintuplé.

Sotchi, en bordure du Caucase, une poudrière ethnique rongée par la corruption, le banditisme, l'indépendantisme et le terrorisme islamiste. Sotchi, où l'horizon du retour sur investissement dépasse les 30 ans et où pourtant, des investisseurs privés ont sorti 24 milliards et demi de dollars - un peu moins en euros - pour aider le président à mener à bien l'organisation des JO.

Le business est sommé de contribuer à la préparation, explique le Temps, car il est des propositions du Kremlin qu'on ne peut refuser. Voilà que la médaille d'or de la dépense est déja décernée à la Russie.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK