Le tour d'Europe

Drapeau européen
Drapeau européen - © Google

De Nicolas Vandenschrick.

On commence Nicolas par cette marche arrière du quotidien El Pais.

Hier, je vous parlais de ce cliché à la Une d'El Pais. Cliché censé représenter Hugo Chavez sur son lit d'hôpital. Le quotidien espagnol a fait dans la journée marche arrière. Il ne s'agit pas du président vénézuelien. L'image a été retirée du site Internet. Il a fallu aussi bloquer la parution de l'édition papier. Et faire tourner les rotatives. Une nouvelle version du quotidien a hier été diffusée.

La photo présentait un homme intubé sur son lit d'hôpital. Selon le compte tweeter du ministre de l'Information du Venezuela, Ernesto Villegas, la photo aurait été tirée de la vidéo d'une intervention chirurgicale sur une autre personne.

Quant à l'état de santé d'Hugo Chavez, le président vénézuélien est hospitalisé depuis près de sept semaines à Cuba après avoir été opéré d'un cancer dans la zone pelvienne. Il reste depuis muet et invisible, ce qui ne cesse d'alimenter les spéculations sur son état de santé.

La presse européenne se penche aussi sur l'annonce de la fermeture de l'acier à Liège.

Le Volkskrant. Une demi-page pour expliquer à ces lecteurs cette "nouvelle claque" pour l'industrie de l'acier belge. Pour rappeler encore que si la fermeture est confirmée, il ne resterait sur le site d'Arcellor Liège que 800 emplois. Au temps glorieux de l'acier, avant les crises pétrolières des années '70, il y avait là 40.000 travailleurs.

Comme, en France, constate les Echos, la politique d'ArcellorMittal provoque un tollé dans le monde politique belge. Comme en France, la question de la nationalisation partielle du site a été agitée. Mais le scénario se heurte à l'inflexibilité d'Arcellor Mittal décidé à ne pas céder ses installations à un tiers alors que l'Europe souffre de surcapacité. C'est en ces termes d'ailleurs que le Figaro lit la décision de Lakshmi Mittal. Arcellor préfère Florange à Liège, explique le quotidien dans ses pages économiques. Et il détaille. La décision semble être une conséquence des investissements massifs que le groupe va consentir à Florange. - Une explication qu'ArcellorMittal rejette. Il n'y a pas de lien de cause à effet. Mais le Figaro poursuit tout de même. Plus de 180 millions d'euros devraient être investis dans la phase à froid lorraine. Mercredi, des représentants syndicaux français ont eu droit à de très larges explications à ce sujet. Les investissements concerneraient notamment la renovation de la cockerie française de Florange. A l'inverse, ajoute le Figaro, la cockerie de Liège va être définitivement fermée.

Une carte enfin pour conclure. Une carte qui présente le bilan climatique de l'année 2012.

Ce bilan vient confirmer la hausse du réchauffement climatique. Selon l'équipe de la NASA qui a réalisé cette étude, 2012 est la 9ième année la plus chaude depuis 1880. Parmis les 10 années les plus chaudes, 9 se trouvent au 21ième siècle. Deux signes de ce réchauffement enregistré par les scientifiques : le nouveau record de retractation de la glace de Mer Arctique, en septembre. Et puis la poursuite de la hausse du niveau marin global dont les satellites montrent qu'elle a repris vigoureusement.

Des évènements météo ont mmarqué 2012 et les esprits. L'ouragan Sandy dans les Caraïbes et à New York. Les inondations au Sahel. La secheresse en Chine et en Russie. Aux Etats-Unis également. Cette étude trouve d'ailleurs ce matin un prolongement dans le quotidien "Les Echos" qui évoquent le retour de l'inquiétude sur le marché du blé. Les stocks mondiaux sont au plus bas après cette année de sécheresse et c'est désormais le gel qui menace. Une partie des récoltes russes ont été touchées. La totalité du stock mondial exportable est passée de 164 millions de tonnes à 125. De quoi faire s'envoler les prix. Et pas uniquement ceux du blé. Pour rappel, le prix des céréales a également des conséquences sur le prix d'autres denrées alimentaires comme la viande.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK