Le tour d'Europe

Drapeau européen
Drapeau européen - © Google

De Nicolas Vandenschrick.

Il est grand temps de retrouver la Revue de la presse internationale et ce choix, plutot difficile ce matin, quelle image mettre en avant.

On imagine les rédactions, hier soir, au moment de choisir l'image qui ferait la Une. Prestation de serment de Barack Obama? Reportage au Mali, ou cette neige qui recouvre l'Europe? Pour aucun des titres européens le choix n'a dû être simple. Commençons par ceux qui ont décidé de mettre Obama en tête. Le Times, par exemple. Il opte, non pas pour la prestation de serment, c'est vrai qu'on a déjà vu Barack Obama prêter serment il y a 4 ans. Non, pour ce second mandat, et puisque la date officielle tombait un dimanche, le Times souligne le caractère presque privé de cette première cérémonie, une prestation de serment, en famille, à la Maison Blanche. C'est Michelle qui porte la Bible et c'est la fille aînée du président qui le félicite une fois le devoir accompli. El Pais immortalise l'instant officiel en plan large, en Une. Alors que la Libre Belgique choisit elle de mettre en avant Peter Souza, le photographe officiel de la Maison Blanche. Photographe qui a immortalisé l'opération Ben Laden dans la Situation Room de la Maison Blanche, comme il a retenu aussi d'autres instants moins historiques. L'un d'entr'eux est mis en avant ce matin en pleine page dans le Volkskrant, au détour d'un couloir, Barack Obama, une main en poche, tape, pour le saluer, le poing d'un homme chargé de nettoyer les couloirs de la Maison Blanche.

Des images, encore, vous en parliez de l'Europe sous la neige.

C'est presque la tradition après un week-end bien blanc, on a droit aux luges en plein ville, aux skis à Montmartre et aux patins à glaces sur les lacs gelés. Frissons garantis quand l'un des membres du club de patinage assure : La glace qui craque est comme une musique. Un patineur de 58 ans fait tout de même l'objet de recherche au Pays-Bas, disparu depuis hier... Mais un autre coup de froid est tombé ce week-end.

En provenance de Bulgarie, et l'image là aussi est glaçante. Ahmed Dogan, le dirigeant du parti de la minorité turque, est à la tribune. Il doit annoncer dans l'instant qu'il va quitter la présidence du parti. Un homme s'avance, dégaine un pistolet à gaz et tente, à bout portant, d'atteindre l'homme politique. L'arme s'est enrayée. Et le jeune homme n'a pas eu le temps de dégainer les deux couteaux qu'il avait emportés avec lui. L'assaillant a aussitôt été maîtrisé par des délégués qui l'ont copieusement passé à tabac. L'auteur de ce spectaculaire attentat manqué a été inculpé d'hooliganisme et de menaces de mort, rapporte ce matin le Figaro.

Et on reste dans la presse française avec ce dossier que consacre Libération à l'armée malienne.

Alarmante armée malienne, titre Libération. Divisée, manquant d'équipements et sans réelle culture guerrière. L'armée du Mali se dit ravigorée par l'Opération française. Mais quant à savoir combien de division compte cette grande muette, c'est la grande inconnue, écrit Libé.

Et ce ne pas la seule faiblesse que la France devra affronter. Les pays d'Afriques de l'Ouest - on le sait - sont eux aussi sur le pied de guerre, mais sans moyen, constate encore le quotidien français. Les contigents promis par la Cédéao, la Communauté des Etats d'Afriques de l'Ouest rallient Bamako aux comptes gouttes. Hier, on attendait une trentaine de Béninois. Une centaine de militaire nigérians et togolais sont déjà arrivés. 3.300 soldats sont attendus, la Cédéao a répété son engagement week-end, mais elle se dit dépourvu des moyens nécessaires pour ce déployment. Elle en appelle à l'ONU pour qu'elle fournisse immédiatement l'appui logistique et financier nécessaire.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK