Le tour d'Europe

illustration
illustration - © Google

De Nicolas Vandenschrick.

Un dernier tour d'Europe pour refermer cette matinale. Et un premier coup d'oeil, tout d'abord, sur la presse de nos voisins français.

A la Une de l'Hexagone, c'est cette impôt sur les grosses fortunes. Les plus hauts revenus devaient être taxés à 75%. Devaient, car, explique ce matin Les Echos, le Conseil constitutionnel a annulé la taxation des revenus supérieurs à 1 million d'euros. "C'est un sérieux revers. Un de plus, écrivent Les Echos. Car c'est là une mesure symbolique du retour de la gauche au pouvoir qui est censurée, et cela, en pleine polémique fiscale attisée par le départ de Gérard Depardieu".

Le Figaro lui jubile... Et il résume le message envoyé par le Conseil constitutionnel. Cette taxe, c'est du travail d'amateur. Taillé à la hache méconnaissant le principe élémentaire d'imposition par foyer et non par individu. Marqué du sceau de l'improvisation. S'agissant de la mesure la plus visible, la plus symbolique et la plus emblématique du programme socialiste, tout cela - ironise le Figaro - ne fait pas très sérieux.

Travail d'amateur. D'apprentis, ajoute Libération qui titre "les apprentis redoublent." Et qui surtout s'interroge "Ce qui reste mystérieux, c'est qu'une telle erreur puisse être produite par la machine politico-administrative. Quoi, pas besoin d'être fiscaliste chevronné pour comprendre que si l'unité de base de l'impôt, c'est le foyer, la taxe ne peut s'appliquer à une personne. Le ministre du Budget, Jérome Cahuzac ne s'en est pas ému, la mesure serait simplement repoussée d'un an a-t-il déclaré. N'empêche, ce couac s'ajoute à d'autres. Dire, s'amuse Libé, qu'à quelques heures près, il aurait pu être le premier coauc de 2013. Hollande et Ayrault, pour le coup, se trouve taxé d'incompétence.

A la Une encore, de la presse européenne, c'est l'hommage, rendu en Inde, à cette victime d'un viol collectif, décédée samedi soir.

Les faits terribles ont déjà été longuement rapportés dans la presse. Ce matin, les Unes se consacrent donc aux marques d'hommages et aussi aux signes de protestation qui se font jour. Pour le Times, des femmes, visage fermé, bougie à la main. Pour El Pais, une femme, baillon sur la bouche en guise de protestation... et entre ses mains, un panneau qui réclame que justice soit faite.

Cette demande, c'est aussi celle de la famille de l'étudiante indienne. Les six hommes coupables du viol doivent être pendu, a déclaré le frère de la victime. Nous nous battrons jusqu'au bout pour cela, a ajouté le jeune homme. Les agresseurs encourent en effet la peine de mort mais l'Inde applique rarement les sentences capitales.

Le Times éditorialise ce matin sur la difficile condition des femmes en Inde. Des citoyennes de seconde classe, qui doivent affronter des crimes épouvantablement fréquents. Etrange. L'Inde est une démocratie dnas laquelle le leader du parti en place, le représentant de la chambre basse du parlement et où 3 ministres prinicipaux sont des femmes. L'Inde, encore est un Etat où les femmes s'estiment en droit de travailler. Pourtant, l'on dit aussi de l'Inde qu'il s'agit du pire Etat au monde pour être une femme. Au vu des faits de ces derniers jours, on comprend en quoi. Il y a, continue le Times, tellement de choses que le gouvernement indien pourrait faire pour améliorer la condition de la femme, mais les hommes en Inde n'ont pas à attendre l'action de l'exécutif. Car il est profondément choquant que dans un pays qui vit depuis 3/4 de siècles en démocratie, les filles d'Inde ne puissent monter dans un bus en toute sécurité.

Allez, quelques image encore pour terminer ce tour d'Europe.

Elles sont nombreuses, bien sûr, les photos au moment de boucler les rétrospectives de l'année; on retiendra ce matin ces clichés que le Volkskrant met en avant. Quand l'homme s'attaque et détruit les symboles culturels. Les temples boudhistes incendiés au Bangladesh ou ces mausolés détruit à Tombouktou au Mali. Bien sûr, écrit le Volkskrant ce ne sont que des pierres mais, là où l'on s'attaque aux pierres, on laisse rarement les hommes en paix.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK
Soir Première
en direct

La Première Bxl

Soir Première