Le tour d'Europe

Drapeau européen
Drapeau européen - © Google

De Nicolas Vandenschrick.

Imanquable ce matin, le président des Etats Unis, Barack Obama a été élu personnalité de l'année.

Oui, du coup, elle se retrouve un peu partout cette Une de Time Magasine; Voyez la Republicca qui résume : Barack Obama, l'homme qui incarne le changement qui a surpris l'Amérique et qui est désormais président pour un nouveau mandat de 4 ans. Mais il est plutôt sombre et songueur, Barack Obama sur cette couverture. La tuerie de Newtown est évidement dans tous les esprits et a évidement guidé le choix de Time.

Au sujet du contrôle des armes à feu, l'International Herald Tribune note les délcarations du président qui promet un plan pour janvier. "Cette fois, a-t-il déclaré, les mots doivent mener à des actions."

Une autre déclaration - en paralèlle et soulignée par le quotidien. C'est la question de l'accès aux soins de santé mentaux. Il devrait être aussi facile d'avoir accès à ces soins que d'avoir accès à des armes.

Du coté d'Hollywood aussi, la tuerie de Newtown a des conséquences. Plusieurs programmes télévisés violents ont été reportés, rapporte l'International Herrald Tribune. La cérémonie de sortie du film de Quentin Tarantino, Django Unchained, un western, a été revue à la baisse. Pas de tapis rouge.

Allez, une image ce matin, une photo prise au dîner de Noël de la société des transports en commun ferroviaire des Pays-Bas.

Oui, et vous me direz sans doute, qu'y a-t-il de si intéréssant pour qu'on se penche sur ce dîner de Noel de l'équivalent de la SNCB? Eh bien Georges, d'abord parce qu'il a été donné sur les quais d'une gare. Et ce n'est déjà pas rien d'installer toutes ces tables et toutes ces chaises, et toutes les tentes en plastiques et ces chauferrettes. Mais en plus, ce dîner était destiné à tous. Les employés de la NS, les passagers, bien sûr. La presse, un peu, mais qui devait tout de même faire son travail... Et puis tout les autres. Les passants et ceux qui passent un peu moins, ils sont nombreux dans les gares. Les Resto du Coeur néerlandais ont assuré le service.

Un article du Temps à Genève évoque ce matin lui une autre particularité des transports. En Suisse, avant d'expulser un requérant d'asile débouté, on lui prépare un billet d'avion explique le quotidien genevois. Seulement parfois, au moment de rejoindre l'aéroport, il n'y a plus personne. Le débouté a préféré plongé dans la clandestinité. Cette année, 4.945 billets d'avion n'ont pas trouvé leur passager. Des déboutés forcés désormais de vivre dans la clandestinité. De fuir les contrôles de police et de multiplier les astuces pour éviter la détention administrative et le renvoi forcé. Un Tunisien déjà débouté et qui doit être prochainement renvoyé dans le premier pays d'entrée dans l'Union témoigne. Si je ne peux pas rester ici, je tenterais ma chance ailleurs. L'homme, conclut le quotidien, est un futur disparu.

Allez, à le veille de la soi-disant fin du monde, la presse se penche encore ce matin sur le village français de Bugarach.

Le grand canular de la fin du monde... C'est le titre en Une du Figaro sans qu'on sache qu'elle est le plus grand canular, la fin du monde ou Bugarach... Car dans ce hameau censé être préversé au moment de l'Apocalypse, il n'y a plus vraiment moyen de trouver un habitant du cru "On se croirait au procès de DSK. C'est inimaginable." témoigne un journaliste. Et c'est bien cela qui est surréaliste. Une centaine de gendarmes sillonne les rues du village. Des hélicoptères balaient le ciel mais sur place, à part les forces de l'ordre et les médias... il n'y a rien. La petite commune n'est pas assaillie par les croyants du monde entier qui viendraient s'y réfugier. A peine 3 badauds à bord d'une caravane. Demain, 21 décembre le soi-disan Jour J fera peut-être venir davantage de monde. Mais on peut en douter conclut le Figaro. Sur base, en tout cas, du témoignage de son journaliste sur place.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK