Le tour d'Europe

Drapeau européen
Drapeau européen - © Google

De Nicolas Vandenschrick.

Une image pour évoquer un solide dossier, en Une du Financial Times. Le maire de londres, Boris Johnson, se trouve actuellement en Inde. Pour la photo et pour faire couleur locale, il pose dans une échoppe indienne de Hyderabad, une ville du sud de l'Inde. Mais si la presse parle de Boris Johnson, c'est surtout car il devait, là-bas rencontrer plusieurs industriels. Lors de cette réunion, Boris Johnson s'en est pris à la menace français de nationaliser les Hauts fourneaux de Florange. "On dirait que les sans-culottes se sont emparés du gouvernement à Paris." a-t-il déclaré et il a ajouté, en français... "Venez plutot à Londres, mes amis..."  Manière donc de s'adresser au patron français... Ceux-là, note le Figaro, à qui David Cameron, il y a quelques mois promettait de dérouler le tapis rouge... pour fuir les hausses d'impots. Le FInancial Times décrypte encore. Le maire de Londre pourrait bien reprendre les rennes du parti conservateur. Ce qui explique qu'on s'intéresse à ces déclarations...  Dans le même temps, le Financial Times évoque encore la rencontre, qui a eu lieu à Paris cette fois. Rencontre, non pas avec Elio Di Rupo, ca c'était quelques minutes avant, mais rencontre entre François Hollande et Lakshmi Mittal. Une heure de discussion, pour plaider la cause de Florange, dans le chef du président de La République qui a selon le financial Times maintenu la pression. Les discussions devraient se poursuivre selon le calendrier prévu.

En Une, encore de la presse européenne, ce sont ces protestations qui montent en Egypte.

On croirait le printemps arabe égaré à la mauvaise saison. Une place Tahrir noire de Monde. Des feux allumés dans la nuit. Et une fois de plus la foule qui scande "dégage" à l'adresse du président. Les Unes encore évoquent aussi la violence de la répréssion. Le gaz lacrymogène pour La Republica. Et les matraques pour El Pais. Cette fois, c'est Mohammed Morsi qui est visé. Ou plutot ce décret parlequel il s'octroye des pouvoirs exceptionnels, explique El Pays, qui en fait sa Une. Cette fois, Morsi commence à ressembler à un dictateur, lache un manifestant au Volkskrant. S'il veut construire une démocratie, il doit en suivre les règles.

Allez l'UMP toujours et ses divisions. C'est évidemment, en France la Une de la presse.

Avec le Figaro d'abord qui croit pouvoir titrer Sarkozy impose sa paix. Et qui commente aussitot... Il était grand temps. Car une crise d'hystérie qui dure 9 jours, c'est au moins huit jours de trop. Il était temps que Nicolas Sarkozy intervienne. Temps en effet, puisque la bataille entre Jean-François Copé et François Fillon a gagné le parlement, c'est le Monde qui l'explique Et qui commente lui aussi. Car s'il en est un qui a de la chance, c'est bien le gouvernement français. Il est même sacrément verni, ajoute Gérard Courtois. Voilà une semaine calamiteuse avec le désaveu de Moody's, l'agence de notation. Une semaine avec des couacs stupéfiant sur le mariage gays. Le président a annoncé que la loi s'appliquaut pour tous. Et le lendemain, le même homme fait volte face. Le chroniqueur poursuit - et elle est longue, la liste de ces dossiers qui aurait pu, qui aurait DUlessivé le gouvernement francais et il constate. Pourtant, il n'en est rien. Grâce à la droite, et grace à ce feuilleton sidérant, la Gauche passe entre les gouttes.  Ces deux supposé responsables politique devraient peut-être se rappeler le dernier baromètre de confiance politique. Chez nos voisins; les premiers mots associés à la politique sont méfiance et dégout bien avant intérêt et espoir. On imagine pour conclure que le spectacle de ces derniers jours n'aura qu'encore ajouté à ce sentiment.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK