Le succès, c'est pas chinois - Les dossiers d'Ecomatin

Success story
Success story - © Google

Michel Gassée signe ce matin le dossier de l'actualité économique.

Créer sa petite entreprise, c'est un sacré projet. Mais choisir dès le départ de la créer non pas ici, en Belgique, mais en Chine, c'est un pari un peu fou qu'a réalisé Pascal Coppens.

Pascal Coppens a créé une petite société de logiciels en 2009 et effectivement, il a choisi la Chine pour lancer "Letsface". Son métier, aider les grandes marques internationales, genre Nike, BMW, Cartier, à activer un maximum de consommateurs, c'est-à-dire - pour faire court - inciter les consommateurs à leur confier les données privées, adresse mail par exemple, bref établir une relation.

En quoi ce service est-il particulier parce qu'après tout, ça fait des années que les grandes marques sont actives dans ce domaine, on le voit en particulier sur les réseaux sociaux.

C'est vrai, elles sont généralement assez actives dans le monde digital. La particularité de Letsface, c'est de proposer à ces marques de créer une relation digitale avec ses clients potentiels non pas au départ d'Internet mais au départ d'événements comme une foire ou des salons, ou alors dans des chaînes de magasins physiques. Avec des trucs assez ludiques. On vous prend en photo devant une magnifique Rolls Royce mais pour recevoir la photo, vous devez donner vos coordonnées.

Mais pourquoi ce Belge du bout du monde a-t-il choisi de lancer ce business en Chine ?

D'abord, il faut savoir que Pascal Coppens parle couramment le chinois. Mais il y a aussi une raion plus stratégique, la taille du marché, son potentiel, mais il y a aussi une raison culturelle. Aujourd'hui, pour créer sa société en Chine, Pascal Coppens estime qu'il devrait apporter dix fois moins de capitaux. Mais si les choses se sont améliorées en Chine sur cet aspect création de sociétés, il reste encore pas mal de limites. Exemple, lever de l'argent en bourse, c'est possible, mais c'est loin d'être simple.

Letsface compte réaliser un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros cette année. Elle est en plein boum en fait, son chiffre d'affaires est en très forte hausse et ce qui est amusant, c'est qu'après avoir créé sa société en Chine pour accompagner de grandes marques internationales là-bas, Letsface va maintenant accompagner certains de ses clients en Europe, comme Ikea, Michelin ou Cartier.

Newsletter La Première

Recevez chaque vendredi matin un condensé d'info, de culture et d'impertinence.

OK